Algérie

Blida


Des pépiniéristes en difficulté L?Association de producteurs de plants fruitiers (APPF) de la wilaya de Blida, dont le siège se trouve à Soumaâ (6 km à l?est de Blida), se débat dans de nombreux problèmes. Selon Toufik Loudia, son vice-président, les pépiniéristes adhérant à l?association souffrent du problème de la commercialisation de leur production. « Nous avons produit des plants en qualité et en quantité. Cela peut être confirmé par les organismes compétents en la matière. Toutefois, à la suite du désistement de particuliers qui nous avaient demandé de mettre à leur disposition certaines quantités de plants qu?ils n?ont finalement pas prises, nous avons été obligés de brûler une grande partie de notre production. Les plans, une fois déterrés ne peuvent être replantés du fait qu?ils ont perdu toutes leurs propriétés. De la sorte, nous perdons énormément d?argent », nous dira notre interlocuteur. Evoquant le sujet relatif au PNDA (Plan national de développement agricole), le vice-président de l?association s?étonnera du fait que les pépiniéristes n?aient pas bénéficié des avantages qu?offre ce plan. ABSENCE D?AGRÉMENT Mais le sujet sur lequel notre interlocuteur s?attardera a été incontestablement l?épineux problème des agréments qui n?ont pas été remis aux adhérents de l?association, en dépit du fait que ces derniers activent depuis de nombreuses années en tant qu?agriculteurs. « Le Centre national de contrôle et de certification (CNCC) a distribué des agréments à de nombreux agriculteurs mais nous, on nous a ignorés. Les critères qu?il prend en considération pour délivrer les agréments sont la qualification du demandeur (ingénieur en agronomie, technicien...) ou l?acte stipulant que le postulant possède un terrain (ou un contrat de location). Nous remplissons l?un des critères exigés et malgré cela, on ne nous a pas donné d?agrément », ajoutera M. Loudia qui affirmera que ce sont surtout les pépiniéristes des régions de Halouia, Soumaâ et Bouinan qui souffrent de cet état de fait. Au sujet de l?aspect financier, le vice-président de l?APPF relèvera les lenteurs constatées au sein de la CNMA (Caisse nationale de la mutualité agricole) qui finance le matériel acheté par les pépiniéristes. Outre cela, il tiendra à évoquer une anomalie consistant en l?achat de la part d?intermédiaires (possédant des agréments) de la production des pépiniéristes, laquelle sera vendue au profit des Exploitation agricoles collectives (EAC) et autres agriculteurs privés. Au sujet de l?Institut technique de l?arboriculture fruitière (ITAF ), notre interlocuteur nous signalera que son rôle est des plus importants, dans la mesure où il fournit la matière première (le matériel végétal de base nécessaire à la production) sans laquelle les pépiniéristes ne pourraient travailler.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)