Algérie - Fruits et légumes

Béjaïa - 18e édition de la fête de la Figue de Beni-MAouche: Les producteurs réclament un conseil interprofessionnel de la figue sèche



Béjaïa - 18e édition de la fête de la Figue de Beni-MAouche: Les producteurs réclament un conseil interprofessionnel de la figue sèche


Pas moins de 97 exposants ont participé à la 18e édition de la Fête de la figue de Beni-Maouche qui s'est ouverte ce jeudi en présence du P/APW, Mehenni Haddadou, et de l'ambassadeur du Pakistan en Algérie, qui se trouve dans la wilaya de Béjaïa, depuis mercredi.

En hommage à Louzazna Messaoud, ex-conseiller technique à l'APC de Beni-Maouche, décédé le 30 mars dernier, ce nouvel événement agricole qu'organise annuellement l'Association des figuiculteurs de la commune de Beni-Maouche, en collaboration avec l'APC et la Direction des services agricoles, a enregistré la présence des figuiculteurs venus de 8 wilayas du pays comme Tizi Ouzou, Bouira, Bordj-Bou-Arréridj, Alger, Sétif, Ouargla et Jijel.

11 communes de Béjaïa et 10 de Sétif sont présentes à Beni-Maouche. «En raison de la crise sanitaire, le nombre de participants a été limité cette année», a expliqué M. Omar Bekkouche, SG de l’association des figuiculteurs.

Organisée sous le slogan «la figuiculture, une filière qui promet un avenir très prospère», le responsable a signalé que «la récolte dans la région est très satisfaisante, et en hausse comparativement à l’année précedente. Elle est de l'ordre de 20.000 tonnes cette saison. Trois variétés de figues sèches, à savoir Taâmriout, Averkane et Azendjar, sont exposées en plus de la figue transformée en confiture ou en chocolat.

Les visiteurs étaient nombreux à se déplacer à cette manifestation où le prix du kilo de la figue sèche proposé est jugé «abordable». Entre 500 à 1.000 DA le kg, selon la variété.

À travers ce traditionnel rendez-vous annuel, ses initiateurs visent à faire «la promotion de ce produit» c’est l'occasion aussi de mettre en place des circuits de commercialisation de la figue de Beni-Maouche labellisée.

Pour rappel, depuis le mois d'octobre 2014, l'un des seuls producteurs à avoir fait l'expérience d'exporter ce produit en direction du Canada affirme avoir exporté pour un premier essai, 4 quintaux de figues sèches.

L'association des figuiculteurs signale avoir introduit une demande au ministère de l'Agriculture pour l’inscription d’un plan d'initiative locale (PIL) de la figuiculture afin de promouvoir la filière. «Il faut, à titre d'exemple, un emballage adéquat pour la présentation du produit», explique-t-on, tout en précisant que la même association milite pour la création d'un conseil national interprofessionnel de la figue sèche.

«On attend du ministre de l'Agriculture la création de ce cadre interprofessionnel pour atteindre l'amélioration de la qualité de notre produit, reconnu hautement supérieur, pour rivaliser avec les labels des autres pays comme la France et l'Italie», a déclaré M. Bekkouche dont le souhait est de voir la figue sèche de sa région classée dans la filière figuicole, indépendante de la filière arboricole.

Dans son intervention, le P/APW de Béjaïa, Mehenni Haddadou, a annoncé l'octroi sur le budget de wilaya d'une enveloppe financière de 500 millions de centimes pour l'Association des figuiculteurs de la commune de Beni-Maouche.

«Cette subvention servira à faire l'étude de la production et de la qualité de la figue de la région de Beni-Maouche».

Il convient de signaler, par ailleurs, la parfaite organisation de ce rendez-vous qui s’est déroulé dans le strict respect des mesures préventives contre la pandémie.


A. Kersani
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)