Algérie

Béchar : Entre conviction et discours officiel

La célébration de la Journée mondiale de la femme à Béchar s?est depuis longtemps incrustée dans les esprits comme étant un rituel et une simple formalité protocolaire pour les responsables locaux. De nombreux participants à la manifestation du 8 mars ont relevé la platitude du discours officiel sur « le progrès accompli » par la femme algérienne, sans pour autant être suivi par des exemples et actes concrets en faveur du sexe féminin dans la vie de tous les jours. On s?empresse de citer les améliorations introduites par le nouveau Code de la famille, notamment dans ses dispositions relatives aux conditions draconiennes édictées pour le polygame et l?époux récalcitrant qui refuse de céder le logement à la femme divorcée avec enfants. Autant d?acquis qu?on met au devant dans le discours officiel. A la maison de la Culture, durant cette journée du 8 mars, plusieurs participants n?ont pas manqué d?ironiser sur l?absence manifeste des épouses des nombreux responsables locaux présents à cette importante manifestation, pourtant dominée et organisée par des associations féminines. Cela aurait donné plus de relief et de crédit à ce rassemblement annuel, fait-on remarquer. Alors, les commis de l?Etat sont-ils convaincus de l?émancipation de la femme algérienne ? Non, affirme péremptoirement une dirigeante d?une association. « Cessons de nous mentir, dit-elle. Si tel était le cas, ces responsables présents seraient accompagnés de leurs épouses et accorderaient à celles-ci toute la liberté d?accéder à la tribune pour parler de leurs soucis, leurs préoccupations et leurs aspirations en tant que citoyennes », souligne-t-elle.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)