Algérie

BECHAR EDJEDID


La galère d?un club L?équipe de Béchar Edjedid de football qui évolue dans le championnat inter-régional a entamé les préparatifs de la nouvelle saison dans de mauvaises conditions. Laoufi Badreddine, président du club, est venu à Alger crier sa détresse. En le recevant à la rédaction, il nous explique que son équipe est démunie et qu?elle se bat avec l?énergie du désespoir pour ne pas disparaître emportant avec elle les désillusions d?une jeunesse qui rêve d?un avenir meilleur. « Nous n?avons pas de moyens matériels, pas de ballons et les créneaux horaires sont payés rubis sur l?ongle. Le Fonds de wilaya nous accorde 30 millions, une goutte dans l?océan... », souligne-t-il. Le club renferme 160 sportifs toutes disciplines confondues et le premier responsable doit jongler avec les chiffres pour contenter tous ce beau monde. Le ministre de la Solidarité a promis de leur octroyer un bus pour les déplacements de l?équipe. Une décision dans ce sens leur a été donnée pour le réceptionner en septembre prochain. En attendant, les caisses sont vides et des demandes d?aide se multiplient vers le MJS. Le président du club a dû contracter un prêt de 88 millions pour les signatures, l?engagement et les assurances. Les entraînements se réduisent à la portion congrue, essentiellement à des footings en plein air et à des séances d?oxygénation. L?association Errahmania de Zéralda leur a tendu une main secourable en les hébergeant. Une situation de précarité à l?image de l?écrasante majorité des équipes du Grand-Sud, livrées à elles-mêmes et oubliées par le mouvement sportif. Les dirigeants tentent de ne pas baisser les bras mais ils reconnaissent qu?il est difficile de parler de performance quand on s?entraîne avec un ballon de fortune. Dans ces conditions, il ne reste à l?équipe de Béchar Edjedid que de jouer le maintien ou à la limite le trouble-fête dans une compétition au niveau technique à peine moyen. Trois entraîneurs ont pris la direction technique Belhafiane, Belaïd El Arbi et Hocein Moumeni. Lors d?un regroupement, le président avait affirmé aux joueurs qu?il fallait attendre la subvention de Sonatrach pour les payer à partir d?octobre. Des actes notariés leur ont été délivrés. Ainsi va le football à Béchar.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)