Algérie

Alger vit au rythme de l'Aïd

Alger vit au rythme de l'Aïd
Des garages sont improvisés en étables, avec de la paille sur le sol et des balles de foin empilées les unes sur les autres.Comme à chaque année, l'Aïd El Adha fait son entrée en force dans la capitale. Un mois avant le jour J, des vendeurs commencent à proposer leurs moutons à la vente. Certains sont des professionnels, d'autres des amateurs, qui se lancent pour la première fois dans le business, mais tous espèrent se faire une coquette somme après le jour du sacrifice. Aujourd'hui, presque toutes les communes d'Alger ont des points de vente de moutons, parfois légaux et dans la majorité des cas illégaux.Des garages improvisés en fermes avec de la paille au sol et des balles de foin empilées les unes sur les autres. Dans les cités très peuplées, comme celle des 600 Logements, à Baïnem, commune de Hammamet, les moutons sont les stars et font leur show. Des dizaines d'enfants arpentent la cité, avec chacun son mouton, un véritable troupeau qui se déplace dans les rues. Ces enfants ont décidé de bouder l'école et préfèrent passer le plus clair de leur temps dehors à faire paître le bétail plutôt que de rejoindre les bancs de l'école.D'autres quartiers rencontrent également le même intérêt. Dans des quartiers dits populaires, des jeunes hommes organisent des combats de béliers, ce qui attire une foule à la recherche du combat du siècle. Pendant ces mêmes combats, des paris sont engagés entre les concurrents et on mise gros. Selon nos informations, des sommes astronomiques sont en jeu, on parle de 600 000 DA, d'un véhicule.Les moutons eux-mêmes valent jusqu'à un million de dinars. Pour certains, c'est un plaisir qui n'a pas de prix et pour d'autres c'est une véritable folie, mais les gagnants sont, selon une personne que nous avons rencontrée, ceux qui élèvent le bétail pendant des années, car à la revente ils gagnent à cette occasion entre 100 000 et 300 000 DA.Pour sacrifier le mouton dans les règles de l'art et pour éviter que l'animal ne souffre trop longtemps, il faut être équipé de plusieurs couteaux aussi affûtés les uns que les autres. Et c'est là qu'interviennent les rémouleurs, qui s'installent dans les rues pour offrir leurs services et aiguiser les couteaux comme il se doit.Certains excellent dans cette profession, d'autres au contraire sont de véritables bouchers et taillent les lames sans aucune maîtrise. Ainsi est le quotidien des Algérois en cette période et tout reprendra son cours normal dès mercredi prochain. Alger sera nettoyée, les enfants rejoindront les établissements scolaires et les rémouleurs rangeront leur matériel.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)