Algérie

Aïn Témouchent

Conservation des forêts : le directeur « remercié » Le scandale qui couvait au sein de la conservation des forêts, une gestion controversée du secteur dont nous avions fait écho dans ces mêmes colonnes, vient de trouver son épilogue. En effet, le directeur de la conservation des forêts vient d?être relevé de ses fonctions. Pour d?aucuns, d?autres cadres impliqués dans sa gestion pour en avoir tiré bénéfice, risquent en toute logique d?être écartés. À cet égard, nous étions depuis plus d?une semaine en contact avec le directeur de la conservation, sans arriver à obtenir un rendez-vous ferme, afin d?obtenir sa version des faits sur les graves accusations de malversation contenues dans une lettre anonyme, signée par un groupe de forestiers. Une lettre qui avait fait se dépêcher d?Alger une commission d?inspection. Les faits reprochés ont été confirmés, selon des copies de divers documents officiels dont nous venons de disposer. Il y est question de six décisions d?affectation de parcelles du domaine forestier national, décisions détournant de son objectif le droit d?autorisation d?usage sur les terres domaniales. Au titre de celles-ci, il en figure une qui concerne la mère du directeur, âgée de 75 ans, et donc servant d?un prête nom. Sanctions déguisées De même, la DG avait instruit le directeur pour assainir la liste des postulants à l?autorisation d?usage. Or, cet assainissement ne serait que de pure forme puisque des non riverains, des notables et des affairistes sans scrupules qui plus est, se sont fait octroyer des parcelles. Qu?en sera-t-il des forêts défrichées dont l?une comprenant un cimetière à Sassel et sur lequel un vignoble a été planté ? Qu?en sera-t-il de toutes les personnes impliquées dans les autres malversations dont des autorités locales ? Signalons que les syndicalistes s?apprêtaient à lancer un préavis de grève, annulée pour cause de campagne référendaire, eux dont les représentants ont subi des man?uvres d?intimidation et des sanctions déguisées en décisions dans l?intérêt du service. Des raisons ont été avancées : « les entraves que subit la section syndicale dans l?exercice de ses activités, la non reconnaissance de la loi 90-14 relative à l?exercice du droit syndical, l?instabilité du personnel par des mouvements internes et la mutation anarchique des travailleurs par le biais de la police et de la gendarmerie ».
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)