Algérie - Revue de Presse

Aïn Témouchent



Coup de balai à la DSA Le coup de balai attendu à la DSA a accouché d?une misérable souris. C?est le sentiment partagé par d?aucuns à Aïn Témouchent. Pis, il a créé un sentiment de frustration et de découragement chez les cadres du secteur de l?agriculture. Pour rappel, en octobre dernier, le wali avait instruit le nouveau DSA, son prédécesseur ayant été relevé de ses fonctions, pour procéder à une réorganisation de ses services à tous les niveaux. Il devait en particulier effectuer un mouvement de tous les responsables du secteur. Le chef de l?exécutif de wilaya jugeait non convaincants les arguments développés pour expliquer le recul de la production céréalière et la gestion approximative de la relance de la viticulture. Il y avait également le curieux retard dans la signature des mainlevées devant libérer les fonds du FNDRA, des actes permettant aux banques d?être remboursées au titre des prêts accordés aux agriculteurs. Mais, selon ce qui se rapporte, il y avait plus grave, telles les signatures de services fictifs qui auraient permis de débloquer frauduleusement des centaines de millions de dinars du FNDRA. Une enquête administrative devant faire le bilan sur la question a été menée, mais rien n?a filtré quant à ses résultats. Cependant, cette semaine, il a été mis fin aux fonctions de sept subdivisionnaires (SDA) sur les douze chapeautant les huit daïras de la wilaya, les cinq restants ont été permutés. Des lampistes jetés en pâture « Est-ce là que résidait la cause du dysfonctionnement à la base des dérives du secteur ? Ce sont des lampistes qui viennent d?être jetés en pâture à l?opinion publique ! Rendez-vous compte que, parmi les sept SDA relevés de leurs fonctions, quatre n?étaient que des intérimaires, c?est-à-dire des fonctionnaires qui devaient être obligatoirement remplacés par des titulaires ! Au bout du compte, il n?y a eu que trois qui ont été relevés. Et parmi eux, il y a le meilleur cadre de la DSA », témoignent ses collègues du secteur. Celui qui attire ainsi la sympathie est le SDA d?El Amria. Même des agriculteurs de cette daïra se sont mis de la partie pour le défendre. En fait, ce fonctionnaire a été celui par qui le scandale est arrivé. Il a eu le tort, un tort partagé avec sa hiérarchie, d?accorder indûment une subvention dont, d?ailleurs, les crédits ont été consommés au profit de l?agriculture. Il a commis l?imprudence d?exécuter à la lettre une instruction qui édictait que les bords de la RN2 soient couverts par du vignoble (El Watan du 14 décembre 2004). « Ce qui lui a nui, c?est que cette affaire a été médiatisée alors que, des douze SDA, il est certainement celui qui a commis le moins de bévues dans l?exercice de ses fonctions. Mais enfin, qu?on nous dise ce qui est reproché à nos collègues ! Rien ne leur a été notifié pour justifier leur mise à l?écart. Cela, c?est de l?arbitraire ! Qu?on traduise les fautifs devant le conseil de discipline ou qu?on les este en justice et qu?on en finisse avec l?impunité ! » Les cadres en colère rappellent la malheureuse affaire du Merseguerra pour donner un exemple de perversité du système : « Qui est responsable de la plantation de centaines d?hectares en Merseguerra à El Amria, ces dernières années, un raisin dont ne veut pas l?ONCV pour faire son vin ? Ce n?est certainement pas notre collègue. Et aujourd?hui, le ministère veut débloquer d?autres centaines de millions pour regreffer ou plutôt surgreffer les plants entrés aujourd?hui en production, par d?autres variétés. Qui paie pour cette gabegie-là ? Et les terres louées par des attributaires ? Et les désistements d?attributaires contre monnaie sonnante et trébuchante au profit de néo-agriculteurs ? Non, le dysfonctionnement est à un autre niveau ! Il est systémique ! » Le DSA était injoignable pour apporter sa version des faits.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)