Algérie

Aïn Defla : Les petites colères de Amar Tou


Amar Tou, ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, était hier à Aïn Defla où il a inspecté plusieurs structures relevant de son secteur. Cette visite, selon le ministre, s?inscrit dans le cadre de l?application des dernières mesures visant notamment à l?amélioration des structures de proximité, tels les centres de santé et les polycliniques, et leur accorder plus d?intérêt et d?autonomie. Il s?agit, ajoute le ministre, d?opter pour une gestion séparée et d?équiper les hôpitaux pour les consultations spécialisées. Amar Tou mettra l?accent sur la nécessité pour son secteur d?absorber les capacités en milieu universitaire et d?attirer les cadres, notamment dans le paramédical. Concernant le déficit en spécialistes, le ministre affirmera que l?encadrement sera amélioré, d?autant que 1100 spécialistes sortent chaque année des universités et 2100 sont actuellement en exercice à travers l?ensemble du territoire. Ceci, dira le ministre, permettra de réduire le nombre des déplacements vers d?autres hôpitaux. Signalons que la wilaya de Aïn Defla dispose de quatre secteurs sanitaires dont trois en préfabriqué qui, selon le ministre, sont encore en bon état. A noter que six spécialistes seront bientôt affectés dans ces secteurs portant à 18 leur nombre. En outre, une mission chinoise comprenant 10 membres sera bientôt en service à l?hôpital du chef-lieu de wilaya. Cependant, le ministre appellera les responsables à augmenter le taux d?occupation estimé à 42% alors qu?à l?échelle nationale il est de 58%. Une situation que d?aucuns attribuent au manque de spécialistes. Dans l?ensemble, M. Tou a noté des améliorations, même si au cours de certaines haltes il a exprimé des petites colères devant la vétusté des tables d?accouchement à Djendel et d?autres imperfections çà et là. A l?issue de sa visite, M. Tou a tenu une séance de travail regroupant tous les responsables du secteur.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)