Algérie

Ain-Defla, De l’andalou pour célébrer le printemps




L’association «Ez-Ziria El-Andaloussia» de Miliana a organisé une riche manifestation culturelle musicale sous le thème «Printemps musical», durant 2 jours, à la maison de l’Emir Abdelkader, restaurée et devenue Musée d’histoire de la région.

De nombreux mélomanes et de spécialistes du genre andalou ont pris part à cette manifestation. Une manifestation qui a été dominée par la présence de grandes figures de la musique algérienne, notamment Abdelkader Bendaamache.

Ce dernier a à son actif un travail très important, un devoir de mémoire entamé depuis des années qui consiste à retracer le parcours des grandes figures de la musique algérienne.

Une autre personnalité a dominé les deux journées du «Printemps musical», Zakia Kara Terki, la fille de Tlemcen qui, dès l’âge de 8 ans, se faisait remarquer pour sa voix d’or et ses aptitudes au chant andalou.

On assiste depuis quelque temps à une perte de vitesse des genres «chaâbi» et «raï», tout au moins dans la région, genres quelque peu boudés par les jeunes, particulièrement dans les fêtes, où, pour preuve, avance-t-on, les orchestres qui se produisaient ont pratiquement disparu. C’est ce vide que le chant andalou tend à combler. On a assisté d’abord à la naissance de la première association du genre, en 1997, par la création de Ez-Ziria, sous la houlette de son président, le Dr Azaïzia Baghdadi, qui possède une école de formation de jeunes.

Il ne faut surtout pas omettre de mentionner l’association El-Anasser (Miliana), créée et présidée par un autre médecin, le Dr Saâdaoui. A Khemis Miliana, on compte deux associations de création relativement récente. Celle activant au centre culturel, et la seconde, «El Fen El Acyl», créée en 1999 présidée par Kastali Hachemi.


Le professeur Chaulet qui était journaliste disait des journalistes actuels qu'ils écrivaient avant même de réfléchir. Ce constat vient d'être vérifié encore une fois par ce pseudo-journaliste qui n'a pas vérifié ses sources et qui est venu raconter des salades à ces lecteurs. On appelle ça, abus de confiance. Mr Azaizia était mon élève et son intégration à l'association ne s'est faite qu'un an et demi après la fondation de l'association. Comment pouvait-il être fondateur? On n'a peur de dire la vérité pour une raison que je n'arrive pas à comprendre. Et ce qui malheureux c'est que les gens qui sont responsables actuellement de cette association étaient parmi les derniers. Quelle histoire, quel pays! Mohamed SAADAOUI
Mohamed SAADAOUI - Médecin
26/05/2007 - 100

Commentaires

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)