Algérie

Ahmed Cheniki (Journaliste et écrivain)

« Vérités du théâtre en Algérie » L?auteur l?a souligné dans son « ?triste constat de toutes ces lacunes et ces carences, parfois sciemment entretenues, qui altèrent toute hypothétique communication et rendent ainsi ardue et difficile toute entreprise historique sur la mémoire culturelle algérienne ». Il nous parle d?un théâtre fragmenté, avec ses moments d?enthousiasmes et d?autres difficiles. Sans être prosaïque, notre confrère Ahmed Cheniki nous entraîne dans les dédales de la véritable histoire de notre théâtre. Dans Vérités du théâtre en Algérie, il précise, comme il a toujours su le faire, des faits, des espaces, des structures, des représentations à l?origine d?événements historiques. D?une certaine manière, son livre ressemble à un film en plusieurs séquences, à une pièce théâtrale en plusieurs actes sur l?Algérie révolutionnaire, économique sociale et culturelle. Comme, selon lui, l?avaient fait Azzedine Medjoubi et Abdelmalek Bouguermouh en matière de mise en scène fondée sur les formes populaires, Cheniki ne s?est nullement embarrassé de considérations théoriques nécessaires. Il a cependant tenté dans son livre de faire comme Medjoubi et Bouguermouh, c?est-à-dire mieux occuper la scène, la découper en tranches susceptibles de prendre en charge les multiples instances symboliques et exposer des éléments cohérents non sans introduire quelques petites fantaisies. Vérités du théâtre en Algérie est une construction à niveaux multiples qui met côte à côte des pans de plusieurs expériences vécues dans le monde du théâtre national. L?auteur semble vouloir interpeller les morts et les vivants pour les prendre à témoins sur ce qu?il dit, écrit,argumente avec une grande pertinence dans le jugement des faits et des événements. Parmi ces témoins, il cite trois géants : Allalou, Bachetarzi et Ksentini. Ce faisant, cet auteur donne l?impression de vouloir renouer avec les couleurs d?un temps arrêté. Il livre ainsi le visage d?un théâtre qu?il croit perdu. Il laisse tout de même une fenêtre entrouverte pour éviter une amnésie dissociative culturelle, la perte de repères et d?identité, la morosité persistante. Subtilement, au travers de traits de plumes qu?on lui connaît, il dénonce l?aveuglement hystérique des pouvoirs publics dans l?élaboration de leur stratégie de gestion de la culture : « lieu matriciel d?une nation en déliquescence, faute d?une sérieuse et intelligente prise en charge de tous les paramètres symboliques. Paradoxe de l?histoire, par ignorance ou par calculs, les gouvernements successifs reproduisent ainsi le schéma colonial dont l?élément essentiel s?articulait autour de la marginalisation des lieux de l?affirmation culturelle ». Pour Cheniki, le corps du théâtre algérien est solide, mais la tête est malade. Son livre croise les savoirs et les perspectives. Au mitan de son évocation du théâtre algérien, il magnifie les fastes de ce que fut cet art il y a des années. Une chronique précise, cruelle et merveilleuse de la métamorphose d?un art bien suivi et enrichi du vivant de Rachid Ksentini, Abdelkader Alloula, Ould Abderahmane Kaki, Mahieddine Bachtarzi. Toujours à son aise quand il s?agit de théâtre, Cheniki le dépeint dans son ouvrage sans retouche comme dans une pièce théâtrale à fleurets à peine mouchetés. Entre ténèbres et lumières, de l?alcôve au corridor en passant par le hall de chaque théâtre de chez nous, d?une comédie à une autre, le théâtre national est dénudé pour apparaître accablé de soucis. La grande originalité de ce livre provient des sources de l?auteur. Elles ne sont pas livresques, ni même journalistiques. Ahmed Cheniki a vécu et vit toujours avec le monde du théâtre. Dans « Vérités du théâtre en Algérie », il transmet son expérience et son savoir sans tricher, avec juste la transposition nécessaire pour une bonne compréhension de ses analyses lumineuses et subtiles. Le meilleur du livre réside sans doute dans l?éloge de la nostalgie comme thérapeutique. Sur ce terrain, « Vérités du théâtre en Algérie », emporte totalement l?adhésion par la pertinence des exemples et de ses références sur le théâtre algérien depuis le début du XIXe siècle.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)