Oum-El-Bouaghi



Après 11 années de travaux, le wali exhorte les responsables d'ouvrir la piscine semi-olympique

En visite de travail et d'inspection dans le secteur de la jeunesse et des sports, le chef de l'exécutif de la wilaya d'Oum-el-Bouaghi, accompagné du directeur de la jeunesse et des sports, s'est rendu à Aïn-Beïda pour s'enquérir de l'avancement des travaux de réalisation de la piscine semi-olympique.Après la présentation du projet et des détails techniques avancés par les différents responsables, le wali n'était guère convaincu des raisons des retards enregistrés jusque-là. Ainsi, il a instruit fermement ses commis de l'Etat de livrer le chantier dans les meilleurs délais. Pour rappel, ce projet dénommé «piscine semi-olympique» composé de deux bassins, dont un de 25 mètres et un autre plus réduit destiné à l'initiation des jeunes à la nage, a été inscrit en 2007 et les travaux lancés en 2009. Une réalisation qui a connu une série de problèmes suivis de plusieurs arrêts des travaux. Les walis, ainsi que les directeurs à la tête de ce secteur qui se sont succédé n'ont pu réussir à finaliser la construction de la piscine, qui a duré plus d'une dizaine d'années, et ce, malgré la visite de deux ministres du secteur. Le projet, faut-il le préciser, a connu également pas moins de 8 opérations de réévaluation, ramenant son coût à plus de 45 milliards de centimes.
La situation physique de la piscine est estimée, selon le maître de l'ouvrage, à un taux de réalisation de plus de 95%. «Il ne reste plus que les amenées en énergie électrique, l'eau et le placement d'un groupe électrogène de forte puissance, pour la rendre fonctionnelle».
Le wali n'y est pas allé par quatre chemins pour exhorter son exécutif d'ouvrir la piscine dans les tout prochains jours, afin de permettre aux jeunes de la région d'en profiter, notamment en cette période de grandes chaleurs et leur éviter les longs déplacements vers les villes côtières.
Moussa Chtatha

Installation du nouveau procureur général et du président de la cour
Dans le cadre du mouvement opéré dernièrement par le président de la République,
M. Boudjemaâ Lotfi, directeur général des affaires de justice au niveau du ministère de la Justice a procédé mardi, à l'installation des nouveaux présidents de cour et du procureur général.
La cérémonie a eu lieu à la cour d'Oum-el-Bouaghi en présence du chef de l'exécutif accompagné de cadres militaires et civils, ainsi que les journalistes locaux.
Les nouveaux magistrats remplaceront Boucheriet Mokhtar, président de cour, affecté dans les mêmes fonctions à Alger et Belatra Abdelkader affecté dans les mêmes fonctions au niveau de Ouargla. Le représentant du ministre de la Justice, a retracé la carrière professionnelle des deux nouveaux fonctionnaires de l'Etat. Iheb K., le désormais président de cour, est né en 1968, diplômé en droit, il occupera depuis 1995 plusieurs postes dont celui de juge d'instruction au niveau du pôle de Constantine avant de rejoindre la cour d'Oum-el-Bouaghi.
Né en 1970, Bouraïb A., le nouveau procureur général a dans ses bagages plusieurs diplômes, entre autres, master en droit des entreprises. Il rejoint le secteur en 1997 et prendra ses fonctions dans plusieurs régions du pays d'abord à la cour de Bouira, puis celle d'Oum-el-Bouaghi.
À noter que des mesures de sécurité sanitaire comme la distanciation physique, le contrôle de la température et le port de la bavette ont été scrupuleusement respectées par l'ensemble des invités à cette cérémonie.
M. C.

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)