Alger - Divers Hôtellerie, Hôtels, Hébergement


Zéralda-Tourisme balnéaire, à la recherche des sables d’or



L’hôtel les Sables d’or de Zéralda profite de la saison estivale pour redorer son blason. Plusieurs vacanciers ont jeté leur dévolu sur ce petit coin de la côte ouest algéroise en quête de dépaysement, de repos et d’évasion. Ils ont un besoin vital de parenthèses sociales, de récréation, de détente, de fuite loin du monde de la compétition pour récupérer sans pression. Une bonne dose de convivialité en plus, le tout assaisonné à une bonne humeur.

La direction nous a affirmé que la préparation de la saison estivale a commencé en janvier. A partir de mars, des dispositions ont été prises, dont la mise en place de la tarification pour l’envoyer aux différentes agences de voyages. Les installations ont été remises en état. La plage a été nettoyée et un budget important (2 millions de dinars) a été consacré à cette opération. La direction a pensé aux séjours familiaux avec la mise en place de formules en demi-pension et en pension complète et une nouveauté : les clients peuvent réserver sans pension mais à condition que leur séjour ne dépasse pas trois jours. M. Hibouche, directeur de l’hôtel, connaît bien cette infrastructure. Il a été responsable de cet hôtel durant une année pendant les années 1990 avant d’occuper de hautes fonctions à Sofitel, à Amraoua (Tizi Ouzou) et au Hilton. Aujourd’hui, il parle de retrouvailles et d’une volonté d’apporter une valeur ajoutée à ce site qui mérite un meilleur sort. « Les installations se sont dégradées et on est en train de les rénover. M. Abdelkader Yahiaoui, directeur général de l’EGT Zéralda, nous apporte un soutien appréciable en mettant aussi les moyens. » Concernant le programme d’animation, il a été adapté « au goût des familles ». Lors de notre passage, la terrasse Beau rivage ouvrant sur la mer était remplie de monde. Kamel Malaïkas, compositeur et musicien, interprétait de beaux morceaux de musique sur son synthétiseur. Son rythme nous fait voyager en chanson sur tous les styles de musique vers ces lieux que seul lui connaît. Il y a aussi de l’animation pour les pensionnaires (un orchestre de variétés) qui change chaque semaine au restaurant de plein air qui assure en moyenne plus de 150 couverts. Des jeux pour enfants sont au programme autour de la piscine. Le solarium a été équipé d’un nouveau matériel. Et petite cerise sur le gâteau : un nouveau chef cuisinier a été recruté. Ainsi, on a pu constater que les estivants s’amusent plutôt bien dans une ambiance agréable. Le taux d’occupation des chambres va crescendo. « A partir du 25 juillet, on est complet jusqu’au 17 septembre », précise fièrement le directeur de l’hôtel. La clientèle est composée en bonne partie d’émigrés, des habitants du sud du pays qui préfèrent Zéralda comme décor de leurs vacances et quelques rares étrangers. Les tarifs ont été étudiés et la direction a opté pour trois types de rabais : pour une semaine 10 % de réduction, pour deux semaines 15 % et pour trois semaines 20 %. Une chambre double en demi-pension est facturée à 6246 DA/jour et une chambre single sans pension est facturée à 4500 DA/jour. Les tarifs sont-ils chers ? Le directeur avoue que ce n’est pas à la portée des modestes bourses, mais, ajoute-il, « nous avons beaucoup de frais d’exploitation et une importante masse salariale. Cependant, nous arrivons quand même à dégager un petit profit. » L’hôtel les Sables d’or prépare d’ores et déjà la saison de l’automne et les soirées du Ramadhan. Mais en attendant, il veut faire bonne figure et devenir un endroit où il fait bon vivre.





Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)