Mila - Revue de Presse


XXVIIIes Jeux olympiques



Les raccourcis de David Douillet Le judoka iranien Arash Miresmaeili, double champion du monde, a renoncé, selon les dernières informations, à affronter un Israélien. Miresmaeili était présent lors de la cérémonie d?ouverture et c?est lui qui a porté le drapeau de sa délégation lors de la cérémonie d?ouverture au stade olympique. L?athlète iranien dira : « Je me suis entraîné pendant des mois. Je suis en forme, mais je refuse de combattre contre un Israélien par sympathie pour les souffrances du peuple palestinien, et cette élimination ne me bouleverse pas. » Miresmaeili, 23 ans, est l?un des meilleurs espoirs de médaille iranienne à Athènes. Il avait conservé son titre contre le Français Larbi Benboudaoud aux championnats du monde d?Osaka (Japon) en septembre 2003. Une prime d?un milliard de rials (115 000 $, 94 000 euros) était promise par les autorités à ceux qui rapporteront une médaille de Grèce. Cela n?a pas influé sur la décision du champion du monde qui devait concourir ce matin. Cette décision semble avoir choqué l?ancien judoka français. En effet, le double champion olympique, David Douillet, a vivement critiqué et demandé une sanction contre le judoka iranien Arash Miresmaeili qui a renoncé à prendre part aux jeux Olympiques pour ne pas devoir affronter un rival israélien. « Il faut savoir qui a décidé. Mais je considère que ce retrait est à l?opposé de l?idéal olympique. Il faut une sanction similaire à celle du dopage : deux ans de suspension la première fois, à vie la deuxième », a-t-il affirmé. David Douillet a pris des raccourcis qui peuvent s?avérer inutiles. D?abord parce qu?il n?a aucun droit de porter des jugements de valeur sur les principes politiques d?un athlète ; d?autre part, Douillet met un pied dans un domaine qui semble lui échapper, sinon plusieurs griefs peuvent être retenus contre lui. Si Douillet défend les principes du sport, ce qui est à son honneur, il ne doit nullement occulter que, quelque part en Palestine, des enfants sont cloîtrés derrière un mur de la honte les privant de tout. Que les jeux Olympiques ne sont pas une priorité pour une population obligée de compter ses morts quotidiennement au moment où d?autres comptabilisent les médailles. Il est des situations délicates qu?il faut savoir analyser avant de se lancer dans des déclarations enflammées pour plaire à la galerie. Douillet, qui est loin d?être un défenseur de la séparation de la politique du sport, sait pertinemment que les jeux Olympiques ont de tout temps enregistré des actes de racisme, de boycott et autres. Son envolée médiatique est mal placée car, en face, c?est un principe humanitaire qui est affiché. Interrogé sur ce retrait, la Fédération internationale de judo (IJF) s?est, elle, refusée à tout commentaire. « Nous n?avons aucune information officielle ou non officielle », a déclaré Michel Brousse, directeur de l?IJF lors du point de presse matinal de cette instance. M. Brousse a refusé de préciser les règles de l?IJF et si des sanctions étaient prévues dans ce genre de situation. « Nous verrons aujourd?hui s?il est à la pesée ou s?il n?y est pas, s?il fait le poids ou pas, s?il est blessé ou pas », a ajouté ce responsable pour lequel « bien des choses peuvent encore se passer jusqu?au début de la compétition ». Double champion du monde dans la catégorie des -66 kg et grand favori du tournoi olympique, Miresmaeili devait affronter au premier tour l?Israélien Ahud Vaks. Des officiels de la délégation iranienne ont expliqué que Miresmaeili était un sympathisant de la cause palestinienne et qu?il avait préféré renoncer plutôt que d?accepter ce combat. Dans le judo, ce retrait, s?il est confirmé, est une première aux jeux Olympiques, selon Michel Brousse. En revanche, aux Mondiaux 2001 à Munich, les Iraniens Mahed Malekmohammadi et Massoud Akhoundzade n?avaient pas combattu contre les Israéliens Yoel Razvozov et Zvi Shafran.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)