Alger - Imprimerie et édition


XIe salon international du livre d’Alger : Un hommage aux auteurs engagés d’ici et d’ailleurs...



XIe salon international du livre d’Alger : Un hommage aux auteurs engagés d’ici et d’ailleurs...

Cette année, le Salon international du livre coïncide avec une date phare, celle de la célébration de l’anniversaire du déclenchement de la lutte de libération nationale. Un choix fortuit pour les organisateurs. Lors d’une conférence de presse, tenue hier, aux Pins maritimes de la Safex, le président du comité d’organisation et directeur général de l’Anep, a affirmé que les membres du comité d’organisation ont voulu viser deux objectifs. Donner à cette rencontre une date fixe renforce ainsi davantage la tradition du Sila. « La seconde raison tient dans notre ambition de ne plus considérer le Sila comme une simple foire du livre mais davantage comme un outil au service de la libération des hommes. »

Participation du liban
Intitulé « Ecriture et émancipation », le thème de cette édition illustrera, à coup sûr, le combat pour la liberté de l’homme, et ce, en revisitant certaines célèbres figures qui, à travers l’écriture, ont donné à leur combat une dimension universelle. L’écriture et l’émancipation sont deux facettes d’un même combat que mène l’homme pour sa liberté. Si l’année dernière, certains participants se sont plaints de l’étroitesse des lieux, la XIe édition s’étalera sur une superficie plus importante, soit sur trois pavillons. En tout, ce sont pas moins de 23 pays étrangers qui viendront participer aux côtés de leurs collègues algériens. La participation du Liban est importante : « Les Libanais ont eu des problèmes pour l’expédition de leurs ouvrages car le pays était sous embargo. » L’Irak et la Lybie n’ont pas encore confirmé leur participation à cette manifestation. Plus de 80 000 livres seront exposés durant ce salon avec une moyenne de 688 participants. L’édition nationale sera en force avec la participation de 80 maisons d’édition et de 40 maisons de distribution. M. Boucenna a révélé que le comité d’organisation a apporté quelques modifications se rapportant au règlement intérieur. Ainsi, la quantité des livres a été limitée, les cassettes magnétiques et les CD Rom ne seront plus exposés. A la question de savoir si les livres religieux occuperont une place de choix, le conférencier estime qu’il ne faut pas confondre le livre arabe avec le livre religieux. « Le livre religieux, dit-il, a pris une part importante sur le marché national. Nous ne sommes pas contre le livre saint mais nous sommes contre les livres subversifs. » Concernant les 500 titres religieux qui ont été bloqués, M. Boucenna a tenu à préciser que le comité se doit d’organiser ses structures et de veiller au bon déroulement du salon. Le ministère des Affaires religieuses a un droit de regard sur ces ouvrages.

Hommage à Henri Alleg
La littérature pour enfants ne sera pas en reste. L’enfant algérien sera gâté au vu de la diversité et de l’animation proposées. Deux après-midi (les lundis) leur seront consacrés. C’est à noter que cette XIe édition rendra un vibrant hommage à des intellectuels français, tels Jean-Paul Sartre, Henri Alleg et André Mandouze, pour leurs positions courageuses en dénonçant, à leur façon, l’injustice et l’arbitraire au nom de la liberté des hommes. D’autres grands rendez-vous sont à retenir, notamment les hommages qui seront rendus à Ibn Khaldoun, Ahmed Zabana, Rédha Houhou, Etienne Dinet, Rachid Mimouni, Tahar Djaout ou encore à Saint Augustin. La littérature féminine algérienne d’expression francophone, qui s’est affirmée au milieu des année 50, sera débattue par Maïssa Bey, Z’hor Ounissi et Jolanda Guardi (Italie).







Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)