Algérie - Revue de Presse


Université

Le CNES multiplie les actions sociales La section CNES de l?université de Mostaganem multiplie les actions caritatives à destination de la communauté universitaire, notamment le corps enseignant qui compte plus de 700 membres. Après avoir récupéré la quote-part sociale qui revient de droit aux enseignants, la commission des ?uvres sociales aura pratiquement pris toutes les initiatives à même de soulager les bourses des ménages. Sans aucune discrimination entre garde ou ancienneté, tous le corps enseignant est éligible aux aides multiples octroyées par les ?uvres sociales. C?est ainsi qu?après avoir imité les autres organisation en distribuant une aide de rentrée des classes, elle étendra son activité aux aides pour l?achat d?équipements ménagers, l?entretien ou la réfection du logement, l?organisation des fêtes familiales, comme les circoncisions ou les mariages ainsi que la prise en charge de voyages à l?étranger. En effet, c?est la deuxième année consécutive que la commission des ?uvres sociales, qui gère exclusivement le corps enseignant, offre par simple tirage au sort des voyages d?agrément à l?ensemble de ses adhérents. L?expérience qui avait été tentée l?année dernière, vient d?être reconduite par le bureau élargi à la section locale du CNES. Les candidats à l?évasion peuvent choisir la destination de leur choix. Mais, sur les douze enveloppes consacrées à cette activité touristique, seule la moitié est destinée à des voyages purement ludiques, voire scientifiques. En effet, par décision souveraine de la commission des ?uvres sociales, six bourses de voyage sont automatiquement réservées à la Omra. Une curieuse incursion du religieux dans une sphère habituellement réservée à l?évasion vers la science et le savoir. Certains enseignants s?interrogent sur la réaction de la commission des ?uvres sociales dans le cas où tous les postulants tirés au sort décidaient de s?inscrire pour une Omra. Les mêmes questionnements animent les partisans de l?hypothèse inverse. Loin de ces controverses, d?autres s?interrogent gravement sur la portée réelle de ces actions caritatives. Sont elles destinées à servir une cause, que tout un chacun est libre d?imaginer, ou alors est-ce le véritable indicateur d?une réelle dérive de ce qui est encore assimilé à l?élite, dont les membres peinent réellement à avoir un statut social digne de leur rang et à la hauteur de leur mission ? Un vrai débat de fond que, ni l?université, ni la classe politique ne semblent vouloir affronter, ni assumer.

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)