Algérie - Législation de la santé


Une ordonnance qui fait peur



L’adoption par le Conseil des ministres, le 6 juillet dernier, de l’ordonnance modifiant la loi 85-05 relative à la protection et à la promotion de la santé, inquiète les pharmaciens.

Il s’agit d’un texte de loi qui propose une série d’amendements visant à «promouvoir les médicaments génériques... et élargir les formes juridiques d’exploitation des officines pharmaceutiques».

C’est cette dernière phrase, qui a semé la panique parmi la corporation. Les gérants d’officines n’ont qu’une seule interprétation de ce texte. «Elargir les formes juridiques d’exploitation des officines» n’a qu’une seule explication pour le syndicat des pharmaciens SNAPO, c’est la création de chaînes de pharmacies. Par qui et dans quel but? Ce sont les questions que se posent les pharmaciens qui sentent déjà une menace peser sur leur activité. «Nous n’avons été ni consultés, ni associés lors de l’élaboration de ce texte. Nous avons été informés de son adoption par la presse sans toutefois connaître son contenu», a tenu à souligner la présidente du SNAPO. Première réaction après la publication de l’approbation de ce texte, le conseil national du SNAPO s’est réuni, lundi dernier, en session extraordinaire pour débattre du sujet.

Cette réunion a été sanctionnée par un communiqué dans lequel le syndicat affirme qu’«il n’a été ni associé, ni consulté lors de l’élaboration de ce projet». Tout en exprimant son inquiétude sur l’avenir de la profession, le syndicat souligne dans son communiqué que «le SNAPO tient à réaffirmer avec force son attachement à l’exercice de l’activité pharmaceutique par les seuls propriétaires et gestionnaires de leurs officines». «Conscient que toute démarche visant à réformer l’activité pharmaceutique a, incontestablement, une incidence directe sur la santé et le bien-être des citoyens, le syndicat a exprimé, à la fin de ce communiqué, son souhait d’être associé à toute démarche qui a pour finalité l’amélioration du système de la santé». Après cette réunion du conseil national, la présidente du SNAPO s’est réunie, hier, avec le secrétaire général du gouvernement pour discuter du contenu de ce texte de loi. Selon ses déclarations, «il nous a été confirmé par ce même responsable qu’effectivement le texte de loi prévoit la création de chaînes de pharmacies. Cependant, le responsable a été surpris d’apprendre que ni le syndicat des pharmaciens, ni le conseil de l’ordre n’avaient une idée sur le contenu de cet texte», ajoute la représentante des pharmaciens.

La présidente du SNAPO a convenu avec le secrétaire général du gouvernement de mettre, avant l’application de cette ordonnance, à la disposition du syndicat ce texte de loi qui sera étudié, chapitre par chapitre, par les pharmaciens lors de rencontres prévues prochainement par les sections de toutes les régions.

«Les pharmaciens refusent d’être considérés comme des employés par la création de ces chaînes de pharmacies à propos desquels et des critères exigés à leurs propriétaires, rien n’a filtré», conclut notre interlocutrice.

 




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)