Alger



Une mère succombe à son chagrin aprés le mandat de dépôt de son fils



Une mère succombe à son chagrin aprés le mandat de dépôt de son fils


Le directeur des œuvres universitaire d’Alger Est, (Kh.R) n’a malheureusement pas eu le temps de faire ses adieux à sa chère maman qui a succombé à son chagrin. Cette ancienne révolutionnaire, qui a toujours souhaité de voir son fils sous de bonne condition de vie, elle s’est éteinte après avoir confirmé à travers les médias, la détention provisoire de son fils.
En laissant derrière elle, un fils emprisonné qui est père de 4 enfants dont l’ainée passe son examen de baccalauréat, la vieille dame, n’a visiblement pas supporté la décision d'incarcération provisoire de son bien-aimé.
Pour rappel, le directeur régional des œuvres universitaires d’Alger, qui réside avec sa petite famille dans le rez-de-chaussée d’un pavillon estudiantin a la résidence universitaire de Ben Aknoun, a été placé sous mandat de dépôt en compagnie de ses collègues pour avoir respecté les directives de sa hiérarchie dans l’affaire du transport des étudiants,
A ce titre, quelques médias qui prétendent détenir l’exclusivité de l’information, se sont précipités pour publier l'information avec les noms et les prénoms de ces fonctionnaires délabrés, sans le moindre compte aux conséquences.
Par-ailleurs, pendant le Hirak de ce vendredi 14 juin, des manifestants ont brandi des banderoles pour dénoncer la détention provisoire de plusieurs fonctionnaires, (photo ci-joint) qui ont été mis sous mandat de dépôt par le juge d’instruction de Sidi M’hamed, en raison de leur exécution de ce que nous avons toujours appelé, « le programme quinquennal de son excellence le président de la république»
En effet, la politique de la centralisation des décisions qui était manié depuis plusieurs décennies par l’ancien clan présidentiel, a fini par traîner beaucoup de salariés devant les tribunaux dont plusieurs demeurent aujourd’hui derrière les barreaux, mais contrairement aux oligarques qui ont néanmoins, bénéficié des jets privés et des quotidiens très luxueux, ces quatre salariés dont une femme, ont eu un tout autre sort, en l’occurrence les paniers a salade de la gendarmerie.





Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)