Skikda


Une ligne rouge à ne pas dépasser



Jeudi dernier, il a été question, pour le représentant du gouvernement, de lancer des mises en garde « fermes » en direction de ceux qui ne se conforment pas aux lois de la République en matière de préservation de l'environnement. « La menace sur la santé du citoyen constitue une ligne rouge », a averti le ministre de l'Intérieur.Abdelhalim Benyellès - Alger (Le Soir) - C'est au cours d'une visite d'inspection et de travail dans la wilaya de Skikda que le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Salah-Eddine Dahmoune, a sommé les industries pollueuses de « se plier à la législation relative à la protection de l'environnement », rappelant que 160 usines ont été destinataires de mises en demeure. Et de déclarer, au passage, que certaines d'entre elles se sont conformées à la réglementation alors que d'autres « continuent de polluer l'environnement, les plages et la mer, menaçant la santé du citoyen ».
Ces usines auront à faire face aux lois de la République car elles menacent la santé publique. Et d'avertir : « Aucune usine ne peut faire pression sur l'Etat même si sa fermeture peut causer la pénurie d'un produit .» En d'autres termes, il n'est pas question de monnayer au détriment de la santé du citoyen, précise le ministre : « Il vaut mieux avoir une pénurie que nuire à la santé publique .»
Le ministre de l'Intérieur a signifié cette ferme intention du gouvernement pour la protection de l'environnement inscrite dans les priorités de l'Etat à l'occasion de la pose de la première pierre du projet d'une station d'épuration des eaux usées dans la commune de Filfila, dans la wilaya de Skikda.
A noter, enfin, que cette sortie intervient dans une situation d'anarchie et de non-respect des normes de préservation de l'environnement et de la santé publique dans laquelle évolue, depuis plusieurs années, le paysage industriel.
A. B.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)