Constantine - Gouvernement


Un statut de gouvernorat et des wilayas déléguées

L’idée d’un gouvernorat de Constantine, avant même de prendre forme sur les tablettes des autorités centrales du pays, commence à faire son chemin au sein de la vox populi.

Et ce ne sont pas les populations de Aïn M’lila (wilaya de Oum El-Bouaghi) et de Chelghoum Laïd (wilaya de Mila) qui iraient démentir une telle perspective qui commence sérieusement à s’incruster dans les esprits. D’autant mieux que les citoyens de Aïn M’lila, à peine distante d’une dizaine de kilomètres des limites territoriales de Constantine, ont toujours revendiqué le statut de wilaya. Et d’arguments, ils n’en manquent pas. On peut dire autant de la population de Chelghoum Laïd. Et à défaut de conquérir ce statut de wilaya pour les populations des deux agglomérations, la perspective d’un gouvernorat de Constantine, qui ferait de Aïn M’lila et Chelghoum Laïd des wilayas déléguées, reste séduisante. Elle l’est également pour les autorités centrales, du moins croyons-nous savoir de l’entretien que nous avons eu avec M. Kamel Bounah, président de l’APW de Constantine.

En effet, quand la question fut évoquée, notre interlocuteur, en soutenant d’emblée que celle-ci s’inscrit dans une vision qui va au-delà de 2010, déclarera qu’elle n’a pas été omise des discussions lors de la dernière rencontre des walis avec le gouvernement. En ce sens, M. Bounah nous explique que juste après, des ateliers de travail ont été constitués à Constantine pour réfléchir sur le développement de la ville dans les dix prochaines années et, à l’occasion, la perspective d’un gouvernorat qui engloberait Aïn M’lila et Chelghoum Laïd, avec à leurs têtes des walis délégués, a été envisagée.

Le président de l’APW de Constantine nous dira que la question a été approfondie dans le sens d’accorder également ce statut à la ville de Aïn Abid, Zighoud Youcef et la nouvelle ville Ali Mendjeli. Sur le cas précis de la nouvelle ville Ali Mendjeli, notre interlocuteur nous rappelle que dans un moyen terme, cette dernière aura une population qui avoisine les 350.000 âmes. Kamel Bounah souligne, quand fut abordée la question de la régionalisation, que l’axe de réflexion d’un gouvernorat de Constantine, suggéré par les autorités centrales, pourrait entrer dans un tel cadre. Notre interlocuteur explique que la possibilité de l’intégration de Aïn M’lila et Chelghoum Laïd dans ce qui sera le gouvernorat de Constantine relève tout simplement du fait que la wilaya de Constantine compte un espace géographique réduit, d’une part, et d’autre part des communes aux modestes dimensions. L’ambition reste, dira Bounah, de constituer un véritable pôle de développement socio-économique à même de donner à Constantine son véritable cachet de capitale de l’Est algérien.

Cependant, notre interlocuteur relativisera ses propos en disant que la constitution d’un gouvernorat de Constantine relève en premier lieu d’une décision éminemment politique.







Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)