Un service de télémédecine avec myDiabby : Une opération pilote bientôt en Algérie



Un service de télémédecine avec myDiabby : Une opération pilote bientôt en Algérie
Un contrat de partenariat a été signé entre les laboratoires Novo nordisk et «Mydiabby», la plateforme pour le suivi du diabète pour la mise en place de la télésurveillance du diabète en Algérie. Une opération pilote sera lancée prochainement dans plus d’une dizaine d’établissements hospitaliers publics et privés à l’échelle nationale, dont des CHU.

Une plateforme qui permettra aux malades d’être connectés et proches de leurs médecins traitants 24h sur 24h. Pour le directeur général Algérie / Afrique du Nord de Novonordisk , Jean Paul Digy, ce partenariat permettra de mettre en place la première solution de télémédecine de référence pour le traitement du diabète en Algérie. «Un moyen d’assurer aux patients diabétiques un meilleur suivi et une prise en charge optimale».

Cette opération sera confiée à des médecins ayant bénéficié d’une formation en éducation thérapeutique, que ce soit dans le secteur public ou privé, précise Maria Rym Benmoussa, chargée du digital marketing chez Novo Nordisk. «Grâce à cette application, le patient a la possibilité, dans le cas d’une hyperglycémie, par exemple, surtout chez la femme enceinte, de contacter et communiquer avec son médecin traitant au temps t, afin d’adapter le traitement», nous a-t-elle expliqué. Et de préciser que cela permet également aux médecins, toutes spécialités confondues, de travailler en réseau pour optimiser et améliorer la prise en charge des patients diabétiques.

Pour Pierre Camille Altman, cette plate- forme est un moyen de suivre les patients diabétiques de manière régulière. «Le patient peut avoir une prescription médicale automatisée sur son smartphone grâce à un logiciel qu’il doit installer au préalable. Il suffit de faire rentrer les mesures glycémiques et obtenir les indications nécessaires pour ajuster la dose d’insuline à injecter», a-t-il indiqué.

Le patient peut être connecté sur son smartphone ou sur son ordinateur, poursuit Pierre Camille Altman, précisant que dans le cadre de ce partenariat, l’application sera accessible dans les trois langues (arabe, français et anglais). «Notre solution est la plus simple, la plus rapide et elle est à la portée de tout le monde», a-t-il ajouté, et de préciser qu’ «à travers cette plate- forme, les équipes médicales gagnent en temps, en organisation et en sécurité des données. Il y a une traçabilité sur tous les échanges, sur l’activité et le nombre de patients suivis».

La solution est adaptée, poursuit notre interlocuteur, en fonction des retours et que deux mises à jour sont opérées par semaine. Il signale que depuis 2015, date de la création de cette plateforme, plus de 50 000 patients sont suivis et 250 remboursements au profit des équipes médicales pour la solution technologique ont été effectués.

A noter que la plateforme pour le suivi du diabète de types 1 et 2 Healthcare «Mydiabby», lancée en 2015 en France, est une des solutions qui est répartie sur deux volets, en l’occurrence l’application mobile pour les patients et le portail professionnel de santé.

Ce qui donne un dossier synchronisé entre patients et professionnels. L’objectif recherché est d’atteindre un meilleur équilibre glycémique et moins de complications. Depuis 2015 «Mydiabby», créée par la start-up Be4Life, avec le soutien du laboratoire Lilly, est la première plateforme française de suivi du diabète gestationnel.

C’est le plus important programme de télémédecine en France, avec plus de 10 000 actes de télésurveillance réalisés chaque mois pour 10 000 patients souffrant de diabète gestationnel. «Mydiabby» est utilisée dans 70 CHU. Co-construite avec les professionnels de santé, des spécialistes de la e-santé et des experts du suivi du diabète auprès des patients, cette application est parfaitement adaptée aux besoins des différents acteurs concernés par cette pathologie.

Devant l’adhésion de ses utilisateurs, professionnels de santé et patients, «Mydiabby» a élargi en 2018 ses applications au suivi du diabète de types 1 et 2 et à la pédiatrie (enfants diabétiques). «Des ajustements nécessaires ont été faits pour permettre à cette frange de population d’être suivie», a-t-il souligné.





Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)