Algérie - Hadj et Omra


Un office pour organiser la Omra et le Hadj



Un office pour organiser la Omra et le Hadj

Le projet de décret exécutif portant création, organisation et fonctionnement de l’office national du Hadj et de la Omra a été examiné jeudi, en Conseil du gouvernement, sous la présidence de Abdelaziz Belkhadem.

Ainsi, il a été décidé d’approfondir la réflexion quant à l’opportunité de création d’un office en remplacement de la commission nationale. La proposition de création d’un établissement public à caractère industriel et commercial se devait de répondre au double souci de sérier davantage les missions dévolues à l’Etat et de le décharger des tâches de gestion et d’intendance du pèlerinage et de la Omra. Lors de cette même réunion, le Conseil du gouvernement a également examiné et adopté un projet de décret exécutif relatif aux conditions et modalités d’octroi de la concession d’utilisation et d’exploitation des eaux thermales, présenté par le ministre du Tourisme. Le texte a pour objet la mise en place d’un dispositif qui permettra de préciser le rôle des Pouvoirs publics dans leur mission de régulation et de contrôle pour une exploitation et une gestion rationnelle des ressources thermales. L’objectif étant de relever le niveau de qualité des prestations thermales à même de drainer davantage d’investissements dans ce secteur d’activité. Par ailleurs, le Conseil du gouvernement a entendu trois communications présentées respectivement par le ministre des Ressources en eau, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural et enfin le ministre de l’Enseignement et de la Formation professionnels. La communication du ministre des Ressources en eau a concerné le projet de filialisation de l’exploitation des grands aménagements hydrauliques. Cette opération porte sur le projet de filialisation de l’exploitation de cinq grands aménagements hydrauliques au sein de l’Agence nationale des barrages et transferts (ANBT) et l’Algérienne des Eaux (ADE). Il s’agit du complexe hydraulique de Béni Haroun, le complexe hydraulique de Mostaganem-Arzew-Oran, le complexe hydraulique de Koudiat Acerdoune, le complexe hydraulique de Taksebt et enfin le transfert Aïn Salah/Tamanrasset. La consistance physique de ces aménagements, composés d’ouvrages de mobilisation, de traitement et d’adduction, comprend 9 barrages, 6 stations de traitement de grande capacité, 1 station de déminéralisation, 43 stations de pompage, 20.000 mètres linéaires de forages, près de 2.800 km de conduites de gros diamètre.

Ces aménagements totalisent une capacité globale de l’ordre de 2 milliards de m3 destinés essentiellement au renforcement de l’alimentation en eau potable des populations. Afin de garantir la gestion efficace et la pérennité de ces cinq grands aménagements, le secteur a proposé la création, par filiation de l’ADE et de l’ANBT, de cinq SPA totalement versées dans l’exploitation et l’entretien des systèmes considérés et dotés des moyens matériels et humains adéquats.

La démarche est motivée, entre autres, par l’importance des investissements consentis par l’Etat pour la réalisation de ces aménagements, soit près de 500 milliards de dinars, et l’aspect stratégique et l’importance des volumes d’eau mobilisés par ces mêmes aménagements. La filialisation se fera de manière progressive: l’Etat assurera l’équilibre financier des organismes gestionnaires sur la base de critères déterminés en fonction des sujétions de service public, en attendant l’atteinte de l’équilibre à l’horizon 2012.

D’importantes mesures d’accompagnement à la mise en place de cette filialisation sont prévues par le ministère, notamment: l’appel à des conseils de renommée internationale pour l’élaboration des cahiers des charges des futures SPA et leur mise en place, la réalisation régulière de comparatifs entre les performances des futures SPA et celles de l’ANBT et de l’ADE en matière de gestion et d’exploitation, le recours aux différentes possibilités de partenariat notamment international, pour la gestion déléguée de ce type de grands aménagements en particulier, et de l’ensemble du parc des ouvrages de mobilisation d’eau en général.

Le Conseil du gouvernement a ensuite entendu une communication sur l’état d’avancement de la rédaction de l’avant-projet de loi relatif à l’orientation agricole, présentée par le ministre de l’Agriculture et du Développement rural. L’avant-projet de loi, qui a déjà été examiné par le Gouvernement en première lecture, a pour objet de mettre en place une nouvelle dynamique dans le secteur de l’agriculture et du développement rural. Ce texte, qui tend à combler un vide juridique existant depuis l’indépendance du pays, se propose d’organiser l’intervention normative de l’Etat dans une perspective d’orientation et de balisage des objectifs à réaliser dans les moyen et long termes pour garantir un développement continu, harmonieux et efficace. A ce titre, le Gouvernement a décidé la mise sur pied d’un groupe de travail interministériel qui est chargé de prendre en charge les contributions pertinentes des secteurs et de finaliser le texte pour sa présentation au Conseil du gouvernement à la fin décembre de l’année en cours. Le Conseil du gouvernement a, enfin, entendu une communication du ministre de l’Enseignement et de la Formation professionnels sur le projet de schéma directeur de la formation et de l’enseignement professionnels. Ce schéma directeur vise la concrétisation de deux (02) objectifs essentiels, à savoir l’éclairage à apporter sur les besoins présents et à venir du marché du travail et la détermination des actions à mettre en oeuvre en vue de réaliser les objectifs généraux du secteur.






Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)