Tipaza - Réserves hydriques


Un centre de pêche continentale à Tipaza : Boukourdane offre son barrage

En plus de l’alimentation en eau potable des localités environnantes de Sidi Amar et certaines de la partie est de la wilaya d’Alger de l’irrigation des terres agricoles, le barrage de Boukourdane, situé en aval de Menaceur, daïra de Sidi Amar, verra bientôt d’autres secteurs d’activité, notamment la pêche, les forêts, le tourisme et la jeunesse et les sports.

En effet, le Centre national d’études et de documentation pour la pêche et l’aquaculture (Cndpa) de Bou Ismaïl s’est engagé à créer un centre de pêche continentale dans ce site. Cette structure permettra la création de 8 emplois permanents. Il n’y a rien à craindre, selon un responsable du Cndpa en matière d’impact environnemental, du moment que le poisson est un excellent indicateur sur la qualité de l’eau et de l’état du barrage, par conséquent l’exploitation du plan d’eau n’a aucun impact négatif sur l’utilisation de cette eau du barrage. Cette infrastructure développera de nouvelles techniques de pêche continentale, réalisera des opérations de reproduction artificielle et naturelle contrôlées sur site, effectuera un suivi d’élevage en extensif, organisera des stages pratiques pour les professionnels et les étudiants en formation ou en fin de cycle, prendra en charge d’une manière partielle les besoins locaux, régionaux et même nationaux en produits aquacoles. Grâce aux opérations d’ensemencement effectuées par le Cndpa depuis 1997, le barrage de Boukourdane est pourvu de 5 espèces de poisson d’eau douce, en l’occurrence la carpe royale, la carpe argentée, la carpe à grande bouche, le mulet et le sandre. La pêche dans ce site ne s’effectue qu’à l’aide de filets ou de lignes. Un matériel de navigation, de pêche, de sécurité et d’éclairage a été affecté à cette infrastructure du secteur de la pêche et des ressources halieutiques, qui sera d’ailleurs équipée d’une chambre froide de 90 m3, d’une fabrique de glace d’une capacité de 350 kg/jour, d’un point de vente de poisson, d’une salle de traitement du poisson. Vraisemblablement, le seul point qui suscite les appréhensions, c’est cette construction en préfabriqué des bâtiments de ce centre de pêche continentale, d’une part, et l’absence d’un point de dégustation et de salle de formation et de vulgarisation dans la préparation du poisson d’eau douce, pour encourager sa consommation, d’autre part. En 2006, une quantité estimée à 6,5 t de poisson a été pêchée par un citoyen de la wilaya de Tipaza qui avait bénéficié de la concession dans ce barrage. Des poissons qui pèsent jusqu’à 18 kg ont été pêchés sur ce site. Le directeur de la pêche nous a affirmé que la wilaya de Tipaza est disposée à étudier toutes les demandes de concession, si d’autres citoyens désirent investir dans ce créneau. Il n’en demeure pas moins que nous avons pu remarquer la présence de nombreux pêcheurs avec leurs cannes à pêche au barrage de Boukourdane, qui, faut-il le rappeler, s’est métamorphosé pour se transformer en un site paradisiaque, après avoir bénéficié des aménagements pour accueillir les familles en quête d’évasion, de calme, de détente et de repos. Durant les 2 dernières années, la wilaya de Tipaza avait consacré 6 millions de dinars pour l’aménagement et la création des espaces verts, pour préserver la vocation de cet environnement très riche.


hélas , ce bientot a déja 11 ans, et on a encore rien vu! soi on est aveugle, soi vous le temps se découle très lentement pour vous!assez de faux espoirs svp
samir hadidi - sidi amar tipasa
14/07/2018 - 381164

Commentaires

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)