Alger - Revue de Presse


Tribune des parents

 Yassalam ! Je viens d?apprendre qu?une petite fille de 12 ans a été violée par des adolescents. Ces derniers tenez-vous bien sont des élèves de la mère de la victime, professeur de lycée. Dès son entrée à l?école, l?enfant est nourri à la violence : humiliations, agressions physiques et verbales avec. Voilà le résultat ! Aucune sanction n?est prise à l?encontre de certains enseignants sans principes et sans scrupules. Des âmes sensibles ont essayé d?attirer l?attention des autorités, en vain. Dans une école du quartier, on a confié les enfants du préscolaire âgés de 5 ans à un dépressif qui donne des coups à la tête aux enfants avec une bouteille en plastique. Lorsqu?une enseignante d?un autre établissement a averti les responsables de la DE, ils lui ont fait remarquer qu?elle n?était pas parente de ses élèves et qu?à ce titre, elle n?avait pas le droit d?intervenir. Où allons-nous dans ces conditions ? Que faire pour changer les choses ? Et dire qu?ailleurs les enfants sont protégés même contre leurs parents. Merci de me lire. Mme Nadia Ben (Alger  J?ai beaucoup apprécié votre article sur « l?exportation des neurones ». C?est dommage pour notre si beau pays ! Certains chefs, pas du tout à la hauteur, dirigent encore. Mais un jour viendra où la nouvelle génération réagira pour changer l?état des choses. Mme B. B. (Alger)  Les agissements de certains « irresponsables » font fuir nos cerveaux et obligent notre pays à former nos post-gradués à l?étranger donc à saigner encore plus le pays de ses devises. Le gouvernement devrait proposer une loi qui punirait lourdement ces « irresponsables ». Si nous n?agissons pas de cette manière, nous ne serions plus que « la dernière roue du carrosse » par rapport aux autres nations et dépendant à 100% des étrangers. Souhaitons que les responsables conscients de cette hémorragie prendront à bras-le-corps ce problème. M. Khaled Malki




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)