Algérie - Investissements et partenariat


TRANSPORTS, L’Italie tâte le terrain



Le secteur des Transports en Algérie intéresse, de plus en plus, de pays étrangers. Après la France, l’Allemagne, les Etats-Unis et à des degrés moindres, les pays asiatiques, notamment la Corée du Sud, c’est au tour de l’Italie d’afficher clairement ses «velléités» à prendre part à la réorganisation du secteur stratégique des Transports en Algérie.

A cet effet, le gouvernement italien a chargé un haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères, M. Paolo Motta, de se rendre en Algérie pour des entretiens avec des responsables algériens. M. Paolo Motta qui séjournera dans notre pays les 20 et 21 décembre 2005, devrait également rencontrer des représentants de sociétés relevant du secteur des Transports, notamment la SNTF à laquelle une enveloppe de 10 milliards d’euros a été allouée par l’Etat au titre de l’exercice 2005-2009 pour la réhabilitation du secteur des chemins de fer en général et des voies existantes en particulier et l’ouverture d’autres pour désenclaver plusieurs wilayas notamment celles du Sud qui sont quasiment isolées à cause du manque de transport. Il faut savoir que la visite de M. Motta intervient en prévision de la tenue d’un séminaire qui sera organisé à Palerme, en Italie, les 10 et 11 février 2006, sous le thème: «Les réseaux stratégiques des infrastructures de la région méditerranéenne et le développement de la coopération Sud-Sud».

 Plusieurs responsables des pays des deux rives de la Méditerranée devraient prendre part à ce rendez-vous. Les infrastructures routières, les chemins de fer, les infrastructures maritimes et aéroportuaires sont autant de sujets qui seront abordés par les séminaristes européens et maghrébins en présentant les expériences de chaque pays, dans ce domaine. Des ateliers de réflexion devraient, également, être installés durant ce séminaire pour définir les possibilités de création de projets dans un cadre de partenariat, d’ici l’horizon 2007, la présentation des meilleures moyens pour atteindre ce but et l’impact qui en résultera et enfin la «définition des chronologies pour les accords transnationaux».

 Il y a lieu de relever que plusieurs pays ont déjà donné leur accord pour participer au rendez-vous de Palerme notamment la Tunisie, le Maroc, la Libye, la Serbie, l’Albanie, l’Egypte, le Liban, la Croatie, Chypre, la Turquie, Israël, la Roumanie, la Syrie, la Palestine et bien évidemment l’Algérie.

 Nombre de responsables de sociétés relevant du secteur des Transports dans les pays, devraient présenter des communications sur l’expérience de leurs pays respectifs en matière de réalisation des infrastructures, de stratégie mais surtout mettre en exergue les difficultés et les lacunes qui empêchent tous ces pays de connaître l’essor tel que vécu aujourd’hui par les pays développés en Europe, plus précisément. Enfin, il utile de rappeler que l’Italie est le premier client de l’Algérie.

 Durant le premier semestre 2005, les exportations de ce pays vers l’Algérie ont atteint 600 millions d’euros soit une hausse de 13% par rapport à la même période en 2004.

 L’Algérie, quant à elle, a exporté au cours de la même période vers ce pays pour 2,833 milliards de dollars soit une hausse de 21,63% par rapport, toujours, à la période correspondante de l’année 2004. Les exportations de l’Algérie vers l’Italie sont constituées essentiellement d’hydrocarbures avec 98,59% au moment où les produits semi-finis, hors hydrocarbures, ne représentent que 1,23 %.

 «L’Algérie est le pays de la rive sud de la Méditerranée qui a montré le plus d’intérêt à la coopération avec l’Italie» s’est félicité, il y a quelques semaines, l’ambassadeur d’Italie à Alger M. Giovan Battista Verderame. Le diplomate avait annoncé que de nombreuses manifestations d’intérêt émanant d’entreprises de son pays ont été enregistrées concernant le processus de privatisation annoncé par Abdelhamid Temmar.

 Ainsi les transports ferroviaires intéresseraient, tout particulièrement, les Italiens qui veulent prendre part au grand marché de l’électrification du rail algérien.

 La rencontre du 10 février prochain à Palerme qui sera organisée par IPALMO, avec la collaboration de la région de Sicile et du ministère des Affaires étrangères italien, sera peut-être, le prélude d’une coopération entre l’Algérie et l’Italie, au sein d’un secteur qui aiguise bien des appétits.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)