Alger - Revue de Presse


Transport



Des bébés préposés à l?appoint Ces enfants, à la fleur de l?âge à peine entamée et exclus pour la plupart du système scolaire, versent pour les raisons que l?on sait dans le marché du travail informel. Ces adolescents sont livrés pieds et poings liés sur les quais des stations de transport urbain de la capitale. Il se trouve aujourd?hui beaucoup de gosses innocents, qui se lancent, sans aucune transition, dans une profession éphémère et sans aucune perspective réelle allant dans le sens d?une saine évolution de carrière. Autant de chérubins qui écourtent ainsi, à leurs corps défendants, une jeunesse insouciante, pour être enrôler ipso facto dans des activités précaires, synonymes de galère et de débrouille. Il y aura toujours dans cet univers impitoyable le coup d??il mercantile et les man?uvres à la limite des négriers de certains employeurs coupables de gains illégaux. Le taux de 35% des employés non déclarés rendu public récemment par les services des différentes inspections du travail ira sans aucun doute crescendo, si rien n?est fait pour endiguer l?exploitation de ces mômes. Certains propriétaires de bus tirent actuellement le meilleur profit de cette main- d??uvre vulnérable et docile à souhait. Pourtant, le procédé est en nette contradiction avec l?esprit et la lettre de la loi portant interdiction du travail des enfants. Le secteur du transport urbain, investi par les opérateurs privés, traîne toujours ses casseroles en dépit d?un bûcher médiatique sans précédent, sans que l?autorité de régulation publique, en l?occurrence la direction des transports de la wilaya d?Alger, daigne y remédier. Le point de vue de cette structure est très difficile à recueillir. Le créneau est tout désigné pour un assainissement qui est dans l?intérêt de nos enfants. En attendant, ce n?est certainement pas le respect des textes de loi de la République qui étouffe ces chiourmes.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)