Alger - Revue de Presse


Transport

Parkings saturés Grâce au crédit auto, de plus en plus d?Algériens acquièrent un véhicule neuf. Mais vu le nombre effarant de vols de voitures, ils hésitent à garer leur « quatre-roues » dans la rue. Seule solution : un parking. Mais faut-il encore en trouver un, car à Alger, cela relève de l?exploit. Partout où vous irez, les gérants vous répondront par la même phrase : « Désolé ! C?est complet ! » Pour avoir une place, il faut souvent patienter plusieurs mois et croiser les doigts en espérant qu?un éventuel client vendra sa voiture ou se désistera. « Si au bout de deux mois, le client ayant un abonnement chez moi ne réapparaît pas, alors je cède sa place à quelqu?un d?autre », nous dit le gérant d?un parking privé à Meissonier. Justement, au moment où nous visitons ces lieux, une dame accompagnée de sa fille vient aux nouvelles. « Je dois recevoir ma nouvelle voiture dans 3 jours. J?ai fait la tournée de tous les parkings d?Alger-Centre sans avoir trouvé la moindre petite place. Avec tous les vols de voitures qu?il y a dans la capitale en ce moment, je ne serai pas tranquille en la garant dehors ! » Au parking Ali Mellah (place du 1er Mai) où nous nous sommes rendus, les abonnements sont également bloqués. A l?heure où certains autres parkings privés affichent des tarifs allant jusqu?à 4000 DA par mois avec l?obligation de payer par trimestres pour certains, celui-là est jugé abordable par les clients : 1600 DA par mois. « 80% des places sont réservés aux abonnements et 20 % aux ticket, nous explique Mohamed l?un des caissiers. Le parking est ouvert entre 6 h et 22 h. Le ticket coûte 30 DA pour les trois premières heures. Au-delà, il faut compter 5 DA de plus pour chaque heure supplémentaire. Quant au ticket de nuit, il revient à 60 DA. » D?une capacité de 1100 voitures, ce parking à plusieurs niveaux est équipé de plusieurs caméras de surveillance. Partout, des pancartes rappellent aux clients que le parking décline toute responsabilité de vol concernant les accessoires, bagages et objets quelconques. « En plus des caméras de surveillance, il y a des agents de sécurité qui sont aux aguets tout le temps », nous révèle notre interlocuteur. L?autre problème soulevé par les clients est lié aux horaires appliqués par ces parkings. En effet, au-delà de 22 h, et en cas d?urgence (maladie, décès d?un proche...), vous ne pouvez disposer de votre véhicule. Par ailleurs, certains clients sont réticents à l?idée de devoir laisser un double des clefs. « J?ai toujours peur qu?on fasse un double et qu?on attende que je gare ma voiture ailleurs pour me la piquer. Cela est déjà arrivé », nous a confié un quinquagénaire. Toujours est-il que l?on garde les doubles des clefs par mesure de sécurité. « Il y a une vingtaine d?années, un incendie s?est déclaré ici », raconte le gérant d?un parking en sous-sol à la rue Meissonier. « Sans les clefs, tous les véhicules auraient cramé. ».
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)