Algérie - Revue de Presse


Traitement du sida chez les enfants

« Une percée majeure » selon l?Unicef Le Fonds des Nations unies pour l?enfance (Unicef) a annoncé jeudi que la combinaison de deux médicaments constituant l?un des antibiotiques les moins onéreux du monde a fortement réduit le taux de mortalité chez les enfants contaminés par le virus du sida. Il considère cette nouvelle recherche comme une « percée majeure ». Ces résultats, précise l?Unicef dans un communiqué rendu public jeudi à New York et repris par l?AFP, ont été analysés dans une étude réalisée par le Département pour le développement international (DFID) en Grande-Bretagne auprès de 534 enfants zambiens âgés de moins de 15 ans porteurs du virus du sida. Ces résultats de recherche que publiera la révue médicale britannique The Lancet dans sa livraison d?aujourd?hui « représentent une percée majeure » et il y a là « le potentiel pour sauver la vie de centaines de milliers d?enfants chaque année », commente l?Unicef. Selon l?Unicef, la moitié de l?échantillon d?enfants zambiens s?est vu administrer par voie orale du Co-trimoxazole, un médicament courant qui associe deux antibiotiques, l?autre moitié un placebo. Dix-neuf mois après, les auteurs de l?étude ont relevé que 74 (soit 28%) des enfants ayant pris l?antibiotique étaient décédés, tandis que 112 (42%) des mineurs de l?autre groupe (ceux n?ayant eu que le placebo) étaient morts. Pour des raisons éthiques et compte tenu de ces résultats jugés remarquables, les enfants auxquels on avait administré un placebo ont aussitôt après cette découverte à leur tour eu droit au Co-Trimoxazole. Les raisons cliniques de ce succès, poursuit l?Unicef, ne sont pas clairement établies, mais on pense que cet antibiotique permet de lutter contre les bactéries de la pneumonie et de la tuberculose qui provoquent en général la mort des personnes dont le système immunitaire a été fragilisé par le VIH. « Le défi est dorénavant de traiter autant d?enfants que nous le pouvons et immédiatement », estime en conséquence l?Unicef. « Ce médicament bon marché, largement disponible, permet de s?assurer que chaque enfant qui en a besoin l?obtiendra », poursuit le communiqué de l?organisation. Le sida est la principale cause de mortalité dans l?ensemble de la population africaine. Sur environ 38 millions de personnes porteuses du VIH dans le monde, quelque 25 millions vivent en Afrique subsaharienne, selon les chiffres fournis en juillet dernier par l?Onusida, agence de l?ONU chargée de la lutte contre le sida. Par ailleurs, un appel à volontaires a été lancé la semaine dernière par l?Agence nationale de recherche contre le sida (ANRS) pour participer au premier essai réalisé en France et en Europe d?un candidat vaccin (ANRS VAC18) de « phase2 » chez l?homme. La même préparation vaccinale est actuellement utilisée dans un essai américain identique. Cette opération prévoit le recrutement de 132 sujets parmi plusieurs centaines de candidats âgés de 25 à 50 ans, séronégatifs, en bonne santé physique et morale.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)