Tlemcen - 08- La guerre de libération


Tlemcen, Les anciens condamnés à mort n’oublient pas



«Le devoir de mémoire peut, à lui seul, alimenter l’Histoire, la mémoire authentique des peuples. Notre devoir est de perpétuer la mémoire en continuant nos recherches afin de montrer que tous les martyrs de la patrie ne sont pas morts dans l’oubli et que nous leur rendons justice», dixit Mustapha Megnounif, Président de l’association nationale des condamnés à mort.

Ne dit-on pas que le silence est le plus grand des mépris? M. Megnounif identifie ainsi d’une phrase, ces gestionnaires efficaces et zélés de la monstruosité qui permirent à la machinerie coloniale d’optimiser ses résultats, à l’occasion du triste anniversaire de l’exécution par guillotine des martyrs Zerrouk Ghouti et Senouci Abdelkader, en date du 10 avril 1957 à 4h45, à Oran par les bourreaux français. Puis il relate, sans davantage de commentaires, le massacre de beaucoup d’autres Algériens épris de liberté et de justice qui ont été sacrifiés par des jugements sommaires et exécutés sur l’autel de la guillotine à l’exemple du martyr Laïd Ahmed Ould Mohammed, originaire de Maghnia, mineur au moment du jugement, guillotiné à l’âge de 18 ans à la prison d’Oran, le 3 juillet 1956 à 4h24. Le propos apparaît aussi brutal que les faits, 5 autres martyrs seront exécutés le même jour, le 7 février 1957, à 5h53, à la prison d’Oran. Il s’agit de Sidi Yekhlef Bouchentouf dit «El Moudahhi» originaire de Honaïne (Tlemcen), Kebdani Miloud de Béni-Saf, de Bouchriha Ahmed de Béni Ouarsous (Tlemcen) de Goual Benamar et Bettayeb Mohammed de Djebala (Tlemcen). M. Megnounif continuera son devoir de mémoire rempli de souvenirs et surtout de récits qui sont autant de témoignages authentiques d’anciens condamnés à mort qui ne semblent pas près d’oublier leurs co-détenus qui étaient leurs camarades et qui n’ont pas eu la chance de voir le pays indépendant ou tout simplement d’avoir une mort digne de leur haut fait révolutionnaire. Ainsi, Hamel Benaïssa de Sebra sera guillotiné le 25 juin 1957, Souci Mohammed, Zenasni Mohammed et Dekkar Laïd passeront par le lourd couperet tranchant, le même jour à 4h du matin, le 2 juillet 1957.

A partir de cette exposition directe des faits, pleine de force dramatique, l’ancien condamné à mort laisse venir ses propres analyses. «Les Allemands fusillaient les résistants français au Mont Valérien (Paris). C’étaient des nazis fanatiques certes mais ils ne décapitaient point les héros de la liberté: ils les traitaient en soldats et les fusillaient. C’est pour cette raison que nous demandons que la France présente ses excuses au peuple algérien, en ce qui concerne nos héros guillotinés». Et reviennent des souvenirs de ceux qui ont été fusillés tels Si Abdelwaheb Halimi Mohamed, le 2/7/1960 à 5h10 à Tlemcen, Diaf Tadj et Djedid Mohammed (dit Salah) fusillés le 27/7/1960 à 5h20. Et la liste est longue, continuera-t-il, des valeureux martyrs tués sommairement dans les douars, les villages et les villes et sur les places publiques de Tlemcen.

Le récit de M. Megnounif, traversant des zones de souvenirs, se hausse alors à une réflexion de nature morale sur ce passé tragique notamment sur la notion de pardon en déclarant qu’il «faut accepter qu’il y ait des choses impardonnables» pour tout cela, pour le souvenir tragique, pour le devoir de mémoire, une conférence-témoignage est organisée le 10 avril de ce mois.






Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)
Numéro commentaire : 315412
Posté par : BEGHDADI Khaldi
Profession : retraité
Ville : Tlemcen*
Pays : Algérie
Date : 04/11/2016
Message : LETTRE A MR MEGNOUNIF Tlemcen c'est la ville natale du chahid de la révolution algérienne Chef du Réseau d'Oran Beghdadi Mohammed Alias Abdelwahab exécuté le 1er Juillet 1956 à canastel Oran nous sommes en 2016 les responsables du bureau de la Wilaya de Tlemcen n'ont pas trouver un boulevard ou une placette qui portera le nom de ce grand personnage Merçi



Numéro commentaire : 281391
Posté par : BENHAMED Si Mohqamed
Profession : Retraité de l'enseignemet supérieur SUPELEC FRANCE
Ville : LES ULIS
Pays : France
Date : 17/10/2015
Message : Mon frère BENHAMED Abdelghani fidaï, à TLEMCEN, a été exucuté par l'armée coloniale Française en 1958, avec 18 jeunes fidaïs. Je n'ai ttrouvé, d'écrit, sur cette tragédie meurtrière. Ou troouverais-je au moins un petit article. Merci dde votre collaboration.



Numéro commentaire : 37463
Posté par : zerrouk abderrahmen
Ville : tlemcen
Pays : Algérie
Date : 07/08/2012
Message : mon tres chere oncle qui n'est meme pas declarer qui est le premier algerien guyotine avant zabana mais il ont declare le contraire vous savais pourquoi parce que c est un pur tlemcenien alors on voi que l histoire on peut la change comme on veut après tout il a fait pour dieux et pour l algerie il est monter au palais du gouvernement on France et ils été on réunion est il a déclarer que l algerie est libre dite moi qui fait ca est ce qu on peut l oblier facilement celui qui vendais le journal ° l algerie libre- dans les cafees français et qui mais en flamme le marabout de snt marie a lala setti et qui amener l es munition d Égypte a bord d un bateau atos mmmmmmmmmmais il est a l oubbbbblier malheureusement allah yarahmek ya mon oncle tu est toujours dans notre cœur même que l algerie ta oublier est elle parle toujours des même martyres nous on t oublira jammais et on sais que les zerrouk c est les vraie wwwwaaaatttaanyyyenne



Numéro commentaire : 25792
Posté par : BENDEDDOUCHE Abderrahmane
Profession : juriste
Ville : ORAN
Pays : Algérie
Date : 19/01/2012
Message : j'étais de passage à BLIDA et voulant me rendre à la prière du Maghrib à la Mosquée El Kawtar de BLIDA , je me suis arrêté quelques instants à la fédération des anciens moujahidine de BLIDA. Il y était affiché les noms de tous les condamnés à mort d'Algérie - Malheureusement le nom de ZERROUK Ghouti n'y figurait pas - J'ai demandé le registre de doléances et j'ai écrit cette remarque en y laissant mon N° de mobile- Je pense pas qu'ils aient encore corrigé ces oublis salutations Abderrahmane BENDEDDOUCHE Grand'mère paternelle ZERROUK F'tima



Numéro commentaire : 11079
Posté par : abdelmoumene rahma
Ville : oran
Pays : Algérie
Date : 07/02/2011
Message : les doc de kabdani miloud de beni saf svp



Numéro commentaire : 2746
Posté par : lakhdar samira
Profession : enseignante
Ville : dubai
Date : 27/02/2009
Message : je suis la niece de zerrouk ghouti ma mere est obeida zerrouk je tiens a vous informer qu apres la mort de ghouti allah yerrahmou que 3jours apres sa mort ses freres adelkader ammar et mustapha sont montes au djbel pour le venger ammar y est rester donc en 4 jours ma grand mere a perdu 2 enfants alors ne faisant pas le deuil de ses enfants parce qye on est mere dde martyr elle devint folle.mais ce qui me marque toujours c que ma mere et mes oncles ne se sont jamais rmis de ca ,c est une chose qui a marque leur generation et la notre ,c pour ca que j adore l algerie et vive l algerie ,