Algérie

Tlemcen : Le stockage des céréales pose problème


Tlemcen : Le stockage des céréales pose problème
Hormis celui de la commune de Aïn Tellout, d’une capacité de 300 000 tonnes, et qui, selon les responsables, sera en fonction cette fin d’année, aucun projet de site d’emmagasinement de céréales et de légumes secs n’a été inscrit par les pouvoirs publics depuis les années 1970.

L’aire de stockage de Bensekrane (100 000 tonnes), dont les travaux ont été entamés en 2013, enregistre un long retard et donc ne risque pas d’être fonctionnel de sitôt. C’est en tout cas le rapport très détaillé de la commission de l’hydraulique, de l’agriculture, des forêts, de la pêche et du tourisme de l’APW qui a fait ce constat amer, lors de ses sorties sur le terrain.

Pourtant, la production des céréales a dépassé les 2,8 millions de quintaux, pour une surface de 172 000 hectares, dont seul 1,1 million de quintaux a été ensilé. Quant au reste de la production, les agriculteurs se sont débrouillés vaille que vaille pour le sauver.

Abderrahim Boussettine, président de ladite commission, estime, entre autres, qu’il faut «plus de journées de sensibilisation technique de proximité pour expliquer les mécanismes modernes afin de préparer les terres vouées aux céréales et fournir les ressources hydriques pour l’irrigation complémentaire».

Beaucoup de défaillances ont été constatées dans les différentes unités de la coopérative des céréales et de légumes secs (CCLS) de la wilaya. Curieusement, tout un complexe frigorifique étatique, situé au village Akid Lotfi (Maghnia), a été cédé à un particulier… pour on ne sait quelle vocation.

Le grand handicap, dans cette région de l’extrême ouest du pays, demeure le passavant. Une autorisation de circuler est exigée par les services des Douanes aux différents commerçants, notamment les agriculteurs. «Pour circuler d’une commune à une autre, nous sommes dans l’obligation de déclarer nos produits sous peine d’être accusés de contrebande et de tomber lourdement sous le coup de la loi.

C’est absurde, au niveau du tracé frontalier, des tranchées profondes ont été creusées, des caméras infrarouges ont été placées, des troupes sillonnent la région et des barrages fixes sont installés partout, et l’on ose parler encore de trafic.

Ce passavant nous ralentit dans notre travail et porte préjudice à tous les citoyens de cette partie de l’Algérie», fulmine Abdelhamid B., producteur.

La commission de wilaya recommande l’augmentation des moyens de stockage, la restauration et la modernisation des sites déjà existants et l’allègement des mesures de circulation au profit des fellahs, entre autres.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)
X

Notre page facebook