Tlemcen - Autres événements culturels


Tlemcen, Le festival de la musique en quête d’organisateurs



Malgré la défaillance de la Direction de la Jeunesse et des Sports qui n’inclut plus dans son programme et dans ses subventions la musique andalouse, en décision interne c’était à la ville de Tlemcen d’organiser la 27e édition du Festival de la musique andalouse. Actuellement un silence inquiétant souffle dans les milieux mélomanes, il y a même un risque que le festival n’ait pas lieu. Vu le retard et le silence de la DJS, l’APC de Tlemcen, qui se devait de sauver ce festival traditionnel et pour la sauvegarde de son éthique, prendra le train en marche et décidera de sa tenue du 2 au 6 juillet avec la participation d’une quinzaine d’associations locales et nationales. Cependant, il n’y aura pas d’autorisation de la wilaya parce qu’aucune correspondance n’est parvenue sur les bureaux du wali et donc reporté au 9 juillet. Faut-il avoir une autorisation pour organiser le festival le plus prestigieux dans la ville d’art et d’histoire ? se demandent plusieurs troupes musicales et le public tlemcénien qui devaient dans cette manifestation revisiter les différentes noubas préparées pendant des mois par des élèves venant des quatre coins du pays. Les associations et troupes seront informées du report de cette date, par le comité des fêtes de l’APC de Tlemcen et en professionnelles qu’elles sont, elles ont répondu par l’affirmative uniquement parce que le festival de musique de Tlemcen est le summum de la qualité en musique andalouse et a pour objectif premier de cautionner et de préserver l’immense patrimoine de la musique savante que la culture maghrébine a héritée de nos ancêtres arabo-andalous mais qui a été réadaptée au fil des temps par les communautés des grandes cités telles que Fès, Tétouan, Tlemcen, Alger, Blida, Béjaïa, Constantine. Mais encore une fois, faute d’une correspondance officielle entre l’APC de Tlemcen et la wilaya, l’autorisation n’arrivera pas et la date du 9 juillet ne sera pas retenue et le festival sera reporté encore une fois à une date ultérieure. Certainement que les responsables et élus de la ville de Tlemcen avaient d’autres préoccupations avec les festivités du 5 juillet.

 Mais déjà les associations ont répondu qu’elles ne pouvaient assurer leur participation pour de nouvelles dates à cause des perturbations de leur programme et du départ des jeunes en vacances. Un report qui titille l’honneur des élus et du comité des fêtes qui n’a pas pu assurer la pérennité du festival parce qu’une autorisation n’est pas parvenue à temps.

 La crédibilité du festival a reçu un coup. Et si c’est vraiment une question de correspondance qui n’est pas parvenue à temps dans les bureaux de la wilaya, pourquoi pénaliser un public de mélomanes, de professionnels qui se préparent depuis le mois de septembre alors que c’est le comité des fêtes qui devait tout simplement être sanctionné. Mais avant tout, c’est la culture en général qui encore une fois est verbalisée. Quand peut-on comprendre chez nous que, malgré tout, le spectacle doit continuer ?




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)