Tipaza - Saisons, vacances


Tipaza-Littoral de Taragilette, Le bonheur est sur la plage



 Dix jours après le sanglant acte terroriste qui s’était déroulé à l’intérieur du camping familial de Naftal, à Larhat, plus de 60 km à l’ouest de Tipaza, la vie commence à reprendre son rythme de la saison estivale. Un commerçant de la localité de Larhat accepte avec impuissance le sort.

« Si Dieu a décidé qu’on ne travaille pas ces deux mois d’été, nous devons nous plier à sa volonté. Vous savez, nous n’attendons que la saison estivale pour essayer de réaliser de bonnes ventes. Néanmoins, nous gardons un espoir, car il reste le mois d’août », dira-t-il. Il fait très chaud en ce 3e jeudi de juillet. Les cortèges de véhicules des mariées se croisent. Un bon nombre de camionnettes bondées d’enfants et de jeunes accompagnent la mariée. Le mariage, voilà une opportunité, pour ces populations confrontées au terrorisme et à la misère, leur permettant de faire la fête et de s’éclater pour se libérer des tracas de leur quotidien. Nous croisons une longue file de camions militaires venant probablement des massifs forestiers des communes de Damous et de Beni Mileuk. Les opérations de ratissage des lieux sont en cours. La fréquentation de ces lieux a chuté. La mer avec ses couleurs et son « calme » invite les passagers. Les immatriculations des véhicules que nous croisons dévoilent la provenance des estivants. Cet après-midi, les gens sont venus d’Alger, de Blida, Médéa, Aïn Defla, Béjaïa, Sétif, en plus des départements français. Les paysages naturels aux multiples couleurs sont superbes. A Damous, les hommes, qui occupent les chaises installées sur les terrasses des cafés, scrutent les mouvements des personnes et de véhicules. Une distraction qui alimente leurs commentaires lors de leurs retrouvailles. A la sortie ouest de cette localité côtière qui se situe à l’extrémité de la wilaya de Tipaza, quelques travailleurs se trouvent sur un chantier en voie de lancement, qui concerne la construction des locaux commerciaux. L’implantation de ce chantier n’est pas appréciée par les citoyens. Nous pénétrons la wilaya de Chlef, en franchissant le pont de Damous.

Plus proches de Tipaza...

Les familles de Damous continuent à converger vers cette plage de Sidi El Djillali, dans laquelle se dresse un immense rocher au milieu du rivage. Les habitants de cette zone de l’extrémité nord-est de la wilaya de Chlef se sentent plus proches de la wilaya de Tipaza que celle de Chlef. Quatre kilomètres environ, en allant vers Beni Haoua, le petit pont de Taragilette s’avère inadapté à la circulation actuelle des véhicules. L’état de la route laisse à désirer. Un chemin aménagé nous mène vers la plage de Tighza. Les hommes qui fréquentent ces endroits merveilleux ne semblent pas attacher de l’importance à la préservation de l’environnement. Beaucoup d’emballages en matière plastique sont jetés le long de la piste, alors que les amas d’ordures sont dissimulés dans les bosquets. Les serres en plastique sont couvertes de poussière. Les populations ne vivent que des produits de l’agriculture. Pour pénétrer à l’intérieur de la plage, il faut s’acquitter d’une somme de 50 DA. Des « demeures » en roseaux jonchent la plage. Il s’agit de « magasins » et de « cafés ». Une personne d’El Attaf (Aïn Defla) avait acquis cette plage par adjudication auprès de l’APC de Beni Haoua, pour un montant de 510 000 DA. La location des magasins en roseaux varie entre 4 et 6 millions de centimes. Selon le nombre que nous avons pu relever sur les lieux, l’adjudicateur a réalisé des bénéfices. Il reste aux « commerçants » à utiliser le système D pour rentabiliser à leur tour leur activité. Tous les moyens et les ruses sont permis pour faire un bénéfice, quitte à vendre des produits interdits. Un détachement de la garde communale est installé sur cette plage qui, habituellement, enregistre une affluence record. Des sacs remplis de sable ont été déposés sur le toit d’une bâtisse quelconque construite en parpaing et les angles de ce périmètre réservés à la garde communale. Des familles, venues des wilayas de Blida et d’Alger, se sont installées dans les rares espaces ombragés, à l’entrée de cette plage. C’est le camping sauvage. Elles ont l’air de s’y plaire. Un chien se repose à l’entrée d’une tente, entourée par une clôturée en roseaux. Les cris des enfants créent une ambiance particulière. A la plage de Tighza, il n’existe point de mirador pour les maîtres nageurs. Le bilan pour cette année 2006 est pour l’instant positif. Il n’y a pas beaucoup de baigneurs, hormis quelques familles qui se sont dispersées le long du rivage. Au loin, trois embarcations de petits métiers sont immobiles. Le pavillon de couleur rouge ne reflète pas la réalité sur l’état de la mer. Elle s’est calmée depuis les premières heures de la matinée. Les éléments de la Protection civile avaient oublié de changer la couleur du pavillon. En s’acheminant vers l’ouest, un autre espace ombragé appartenant à la famille Chatri accueille les visiteurs. Il a été transformé en un terrain de camping sauvage. La location est à la portée des petites bourses. L’électricité et l’eau sont disponibles. Implanté au pied d’une montagne boisée, sa capacité d’accueil est estimée à une cinquantaine de tentes. Lors de notre passage, seulement deux familles se sont installées, alors que d’autres ont annoncé leur arrivée à compter de la fin du mois de juillet. Dans un coin discret, une petite clôture protège l’abri des explosifs que les colons avaient utilisé pour la réalisation de la RN 11 en 1921. Le propriétaire des lieux nous le montre fièrement et tient à le préserver. L’acte criminel de Larhat y est pour beaucoup dans la baisse de fréquentation. Les gérants de cet endroit comptent organiser un concours de pêche sous-marine agrémenté d’une grillade de sardine à la braise, pour faire replonger Tighza dans ses habitudes estivales, d’autant plus que les oursins pullulent autour des rochers au bord du rivage, à quelques mètres de ce camping sauvage. C’est une zone poissonneuse. Neuf hommes descendent de deux véhicules immatriculés dans la wilaya de Médéa. Ils se déshabillent et s’installent au bord de la mer. Ils plantent des parasols et leurs cannes à pêche. Trois plongeurs munis de leur fusil harpon partent à la chasse. « Malheureusement, un nombre important utilise les bouteilles à oxygène pour la pêche sous-marine », nous déclare avec amertume notre interlocuteur. Ces pêcheurs sont venus s’installer après le passage des éléments de la Gendarmerie nationale de Beni Haoua. Il est 16h10. Deux gendarmes armés de Simonov font une tournée jusqu’à l’extrémité ouest de la plage Tighza. Vêtus de leur uniforme de service, ils donnent l’impression d’être gênés par la chaleur. Quelques enfants allongés sur le sable, regardent curieusement ces passagers « verts » armés de fusils, qui effectuent une ronde. Il est 17h15, quelques véhicules commencent à arriver. Un conducteur, venu tout seul d’Alger, a hâte de retrouver ses copains qui se reposent à l’ombre après avoir fui leur tente, avant d’effectuer un plongeon pour se rafraîchir. Tighza demeure un coin naturel et merveilleux, ne laissant personne indifférent en raison de son charme et de son calme. Un campeur que nous avons sollicité ne cache pas son enthousiasme. Chaque année, avec sa roulotte de camping, il vient passer ses vacances d’été en compagnie de sa famille. Il a installé une antenne parabolique à côté d’un arbre de pin d’Alep. « Je me ressource au milieu de cette flore et de la mer avant de rejoindre Blida, pour reprendre mon travail. C’est un coin familial et sécurisé. Nous nous connaissons tous et sommes habitués à cette vie », déclare cet estivant. Taragilette, une destination pour les vacanciers qui veulent se confondre avec la nature. La mer encore vierge est peuplée de poissons blancs de grande qualité, ce qui explique l’afflux des amoureux des produits de la mer vers ce paisible coin, loin des yeux et malheureusement oublié dans le cadre d’un aménagement qui incite l’investissement touristique. Une action d’envergure pour le nettoyage de ce site et une autre qui devra être consacré à la sensibilisation ne feront que renforcer les atouts de ce bout du littoral qui se situe en lisière de la wilaya de Tipaza.

 







Numéro commentaire : 4930
Posté par : B/MUSTAPHA
Profession : CADRE
Ville : BLIDA
Date : 18/02/2010
Message : Ces coins sont un vrai cadeau de la ature,malheureusement entre des mains qui ne connaissent pas la valeur d'un cadeau.Le rush actuel sur tarjilet et sidi djillali est le résultat de la fermeture des campsde toiles de hajret nouss à la cave (damous).Si la wilaya de Tipaza autorise cette année les algeriens à regagner leurs plages habituelles ce serait une décision très bien venue. Moi même je suis campeur en famille à sidi jillali.Mes amis et moi (3 familles) avons cessé le camping depuis 2008 à cause de la délinquance importée par ces jeunes campeurs,qui se permettent l'impensable ! c'est dommage. J'espère que cette année la daira de Beni haoua,damous et gouraya penseront aux akgériens que nous sommes,car il existe encore des familles conservatrices.Merci.Mus



Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)