Oran - Evènements de musique, concerts et spectacles


Théâtre de Verdure d’Oran, Concert de solidarité avec le peuple libanais

Le gala de solidarité en faveur du peuple libanais organisé dimanche au théâtre de Verdure par le commissariat du festival du raï, en marge de cet événement clôturé vendredi, a rapporté en tout 265 400 DA, une somme qui va être confiée à l’ambassadeur du pays du Cèdre.

Les organisateurs ont lancé sur place un appel en direction des familles et des spectateurs présents pour une collecte de dons en liquide qui a rapporté 17100 DA. Le reste représente le montant de la recette des billets d’entrée (près de 500 places vendues), dont le tarif a été fixé à 500 DA. « Le théâtre de Verdure dispose de 2500 places, et Bilal vous dis que si je ne vois pas cet espace se remplir avec 4000 personnes, je ne monterai pas sur scène », lançait l’animateur de la soirée, Kazi Tani, à l’encontre d’un carré de jeunes qui scandaient le nom du l’un des chanteurs de raï les plus populaires à Oran. Bilal, arrivé le jour même avec ses propres musiciens, était programmé en vedette, mais son vrai public est surtout formé par les jeunes des quartiers populaires dont il reprend les codes comme dans Anta mrid anta, Rak chayeâ, etc. Beaucoup de jeunes qui sont venus spécialement pour l’auteur de Ouled horma n’ont pas pu accéder à l’esplanade du théâtre plein air, faute de moyens, car le prix du billet est relativement cher, et les services d’ordre qui ont reçu des consignes strictes dans le but de favoriser l’achat des billets ont eu du mal à contenir les entrées clandestines et les débordements à partir du boulevard du Front de mer qui cerne le lieu du spectacle. La date de cet événement a été annoncée en présence de la ministre de la Culture, Khalida Toumi, qui a présidé, mardi 1er août, l’ouverture du festival du raï. On avait annoncé la venue du chanteur libanais Alaâ Ezzilzali, mais c’est finalement son compatriote Rafâat Alama qui s’est produit à sa place. Ce dernier, qui a d’abord entonné un chant patriotique avant de s’essayer à l’interprétation de quelques passages de raï, était accompagné par le musicien Haithem Ezrafil au clavier. Les rares familles libanaises présentes sur place à ce gala de solidarité ont été marquées par le passage de beaucoup de jeunes talents qui ont apporté une contribution symbolique comme Fawzi, Sofia, etc. Djamila, l’une des révélations du chant féminin, est également revenue avec une tenue traditionnelle pour marquer l’événement. De son côté, Houari Dauphin a été l’une des têtes d’affiche avec lesquelles les organisateurs ont ambitionné de faire un maximum d’entrées. Même symbolique, le pari d’organiser un gala de solidarité a été gagné et cette initiative devra, dit-on, se poursuivre à Jijel, Sétif et Alger.



Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)