Alger - Revue de Presse


Téléphonie mobile

Campagnes publicitaires massives à la télévision Le lancement, en février 2002, de Djezzy, second opérateur de téléphonie mobile en Algérie, a donné le signal d?une expansion rapide du marché local, venant concurrencer la filiale mobile d?Algérie Télécom. Les fabricants de téléphones rivalisent d?annonces pour promouvoir leur matériel et leurs applications. Ericsson, Nokia, Siemens Mobile, Alcatel et Samsung, présents lors du dernier Alger Télécomp, disposent de bureaux de liaison ou de représentations commerciales et se livrent un duel à distance. La concurrence entre les trois opérateurs après l?installation de Wataniya Telecom Algérie avec son produit Nedjma, a permis, outre une démocratisation du portable, une déflation spectaculaire du prix des communications. L?apparition des formules packs a permis de dépasser les réticences de ceux que décourageaient les prix des appareils portables. Parmi les autres effets observés, figurent la dynamique impulsée au marché publicitaire par la concurrence tous azimuts que ce livrent les trois opérateurs dont les offres et les promotions s?étalent sur les pages des journaux et l?apparition de nouvelles boutiques dans les principales artères des villes avec un design accrocheur et high-tech (espace Internet, exposition des portables, espace vente, expérimentation des services, cafétéria). Selon les spécialistes de la communication, les dépenses publicitaires sont en hausse. La télévision, média préféré des campagnes massives suivi de l?affichage, a le vent en poupe. Les messages publicitaires visent directement les jeunes. Après la voix, c?est la communication des données qui a attiré l?attention des opérateurs. Chacun y va de ses effets d?annonce... Ils proposent d?offrir à leurs clients « le meilleur de la téléphonie mobile et introduire les toutes dernières innovations technologiques ». C?est Nedjma qui s?est lancé dans la mêlée avec le GPRS (Global Packet Radio System) qui offre aux abonnés la possibilité de transmettre ou de recevoir des données, avec un haut débit plus important que le GSM classique et le MMS (Multimédia messaging service) qui permet d?envoyer des images, de la musique ou bien une séquence vidéo depuis un téléphone mobile en direction d?un autre téléphone mobile. Du côté d?Orascom Télécom Algérie (Djezzy), Hassan Kabani, DG de l?entreprise, préfère temporiser avant de s?engager dans un tel processus : « Nous avons inauguré le service GPRC techniquement depuis longtemps. Commercialement, le service n?est pas prêt. Le GPRS n?est qu?une partie des options qu?un opérateur offre. Il n?y a pas une forte demande sur cette option parce que son avantage ne justifie pas encore l?investissement vu par le client. » En plus, les fournisseurs de contenu algérien ne sont pas encore à la hauteur. En attendant « le nouveau monde », le bip reste en vogue auprès des jeunes : une simple sonnerie avant de raccrocher indiquant à l?interlocuteur qu?il faut qu?il rappelle.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)