Biskra - Revue de Presse


TABAC

La contrebande, maîtresse du marché Un décret exécutif autorisant l?importation et la fabrication sous licence de cigarettes étrangères a été signé le 20 octobre 2004, selon l?agence AAI. Un texte tant attendu qui tombe à point nommé, selon les analystes. Cela d?autant qu?une fois la libéralisation du marché de la cigarette étrangère concrétisée, les opérateurs se devront d?indiquer expressément la mention « Vente en Algérie » sur l?ensemble des paquets de cigarettes produits ou importés. En attendant, la contrebande de la cigarette fait encore parler d?elle. Acheminée frauduleusement des pays subsahariens, la cigarette de marque Legend s?impose en « maîtresse » dans le circuit commercial du tabac. Ces cinq dernières années, les consommateurs ne jurent plus que par ce paquet rouge, à l?emballage parfait et portant l?effigie du célèbre aigle représentant les armoiries américaines. Son prix de détail ? A partir de 60 DA. Ce qui fait de ce paquet « made in UE » (fabriqué en Union européenne), mais, qui, probablement, sortirait de sordides manufactures quelque part en Afrique, un redoutable concurrent au niveau du marché local. Exposé chez le buraliste au même titre que les marques locales, la Legend partage le même rayonnage avec d?autres marques étrangères, notamment américaines et françaises et qui ont pour nom Marlboro, Gold Seal et Gauloises. Contrairement au tabac fabriqué par la régie nationale SNTA, ces marques ne versent aucun centime d?impôt au Trésor. Selon les analystes financiers, la contrebande de la cigarette est aujourd?hui telle que le manque à gagner accusé par le Trésor tourne autour de 100 milliards de dinars. Autrement dit, des dizaines de millions de cartouches, essentiellement de marque Legend, inondent le marché informel annuellement, sans que l?Etat puisse contenir, pour autant, le phénomène. Si des saisies sont régulièrement opérées par les services de sécurité, il n?en demeure pas moins que la contrebande réussit souvent à déjouer la vigilance des pouvoirs publics. « Obéissant » au Sud, Baba Hassen approvisionne Alger Cela dit, pour les seuls derniers 45 jours (du 1er octobre au 15 novembre 2004), plus de 100 000 cartouches ont été saisies en plusieurs endroits du territoire national, essentiellement dans le Grand Sud. Du 1er au 30 octobre de l?année en cours, la quantité saisie par la Gendarmerie nationale est de 61 567 cartouches dont la majeure partie (80%) concerne la marque Legend. Les zones concernées sont Tindouf, Béchar, Tamanrasset, El Oued, Ouargla, Biskra et Djelfa, entre autres. Pour ce qui est de la première quinzaine de novembre, la quantité saisie est, déjà, de l?ordre de 39 957 cartouches. « Au 30 novembre, elle sera certainement revue à la hausse par rapport au mois précédent », prévoit-on auprès des services de sécurité. D?où provient cette marchandise prohibée ? Selon une étude réalisée par la Gendarmerie nationale, le produit est disponible en quantité suffisante dans certains pays riverains du Sahel, à savoir le Niger, le Mali et la Mauritanie, où existeraient des unités de fabrication de cigarettes étrangères, notamment le tabac français Gauloises. Dotés de moyens de transport performants et parfaitement adaptés au terrain (4x4 Toyota Steichen) ainsi que de portables Thuraya, les contrebandiers empruntent les étendues du Grand Sud algérien à travers l?erg occidental pour rejoindre El Bayadh, Ghardaïa, Ouargla, ou encore El Oued. La distribution du produit s?effectue à partir de ces régions considérées comme plaques tournantes du trafic. Les cigarettes sont par la suite livrées à des intermédiaires en cours de route en des lieux choisis, ou stockées dans des hangars en attendant leur livraison à des clients venus de différentes wilayas du pays. « Pour ce faire, ils utilisent des camions-citernes ou des camions munis de caches aménagées pour parvenir à passer les barrages rencontrés sur leur parcours, sans toutefois éveiller le moindre soupçon », précise-t-on. Avec une quantité saisie de 2500 cartouches en un mois et demi, Alger est en passe aussi de rejoindre le peloton des « villes plaques tournantes ». Une saisie opérée à Baba Hassen et ses environs où un « marché de gros » existe est, en effet, en activité depuis plus d?une année.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)