Alger - Industrie Diverse


Stratégie industrielle : Neuf zones retenues

Si le calendrier est respecté, la nouvelle stratégie industrielle sera mise en application dès la fin de l’année en cours. Selon le ministre des Participations et de la Promotion des investissements (MPPI), Abdelhamid Temmar, ladite stratégie sera finalisée dans moins d’un mois.

Ainsi, après six séances d’étude en conseil du gouvernement, la mouture du rapport sur la stratégie industrielle a été soumise, jeudi dernier, au patronat (public et privé) pour « amélioration ». Les organisations patronales qui ont répondu à l’appel des pouvoirs publics ont, à peine, deux semaines pour soumettre des propositions. Elles sont invitées à formuler « des propositions concrètes s’inscrivant dans une vision stratégique », selon le souhait exprimé par le MPPI à l’ouverture de la réunion, qui s’est poursuivie à huis clos pendant plus de sept heures. D’emblée, M. Temmar a attiré l’attention des industriels sur l’aspect qualitatif des propositions auxquelles il s’attend : « Je ne veux pas de demande du style ‘abaisser les droits de douanes ou d’exonérations fiscales’ mais des propositions à inclure dans une politique à moyen terme », a-t-il souligné. « Vos propositions seront intégrées au projet final et débattues en Conseil des ministres », a-t-il rassuré. Les organisations patronales prises de court doivent, sous quinzaine, peaufiner des suggestions puisque, selon les dires du ministre, « le document portant stratégie industrielle passera en Conseil des ministres vers la fin février ou, au plus tard, début mars, après son adoption par le conseil de gouvernement. La tenue des premières assises est prévue entre les 15 et 25 février ». Le second semestre sera consacré à la rédaction des textes qui encadreront l’exécution de la stratégie, précisera M. Temmar qui ne manquera pas d’affirmer que la réalisation du projet nécessitera entre 10 à 15 ans. Lors d’un point de presse tenu à la fin des travaux, Abdelhamid Temmar est revenu avec plus de détails sur le déroulement de cette phase d’élaboration de la stratégie. S’appuyant sur une étude disponible sur le secteur industriel, l’équipe d’experts qui s’est penchée sur le projet a dégagé dix filières présentant des atouts, notamment en termes d’avantages comparatifs et de potentiel de croissance. Il s’agit des filières de la pétrochimie, des engrais, de l’agroalimentaire, des matériaux de construction, de l’industrie électronique, de l’industrie pharmaceutique, des industries alimentaires et mécaniques, de l’industrie automobile et enfin celle des technologies de l’information et de la communication (TIC). L’indisponibilité quasi totale en Algérie des deux dernières filières appellera l’implication de partenaires étrangers à travers les investissements directs étrangers (IDE), soutient M. Temmar. Le choix porté sur ces dix filières n’est pas à caractère « exclusif », précisera-t-il. « Cette première sélection, explique le ministre, s’est faite, également, en tenant compte des besoins de croissance de l’économie nationale et reste ouverte à d’autres filières. » Par ailleurs, certaines politiques accompagneront la traduction sur terrain de la future stratégie industrielle, notamment les politiques d’appui à l’innovation, à la promotion des nouvelles technologies, l’intelligence économique, l’utilisation des IDE, les ressources humaines, la promotion au rang de priorité de l’investissement industriel ainsi que les politiques de mise à niveau des entreprises. Neuf zones ont déjà été retenues comme étant susceptibles de recevoir les investissements qui seront consentis dans le cadre de la stratégie industrielle. Il s’agit d’Alger, Blida, Oran, Mostaganem, Annaba, Sétif, Tizi Ouzou, Ghardaïa et Hassi R’mel. Trois technopoles se distinguent : Sidi Bel Abbès pour l’industrie électronique, Béjaïa pour l’agroalimentaire et Sidi Abdellah pour les TIC. Les experts qui ont jeté leur dévolu sur ces sites ont pris en critères les capacités infrastructurelles existantes ainsi que la capacité et le tissu de services disponibles. « Néanmoins, d’autres zones pourraient rejoindre cette première liste », dira M. Temmar.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)