Algérie - Revue de Presse


Smaïl Abderrezak. Secrétaire national du PRA

« Boukrouh a trahi nos idéaux » Vous venez d?être élu secrétaire national du PRA ; peut-on savoir quel poids pèse encore votre parti sur la scène politique ? Vous savez, notre parti, et contrairement à ce que vous pourriez penser, n?est pas affaibli politiquement mais, à force d?avoir été miné de l?intérieur par des clans, il a fini par pratiquement ne plus faire parler de lui. Etant conscients de cette situation qui allait le mener à une destination inconnue, les militants et les cadres ont vite réagi en organisant le congrès. Un congrès qui a élu de nouveaux hommes avec de nouvelles idées, de nouvelles structures et des perspectives plus sereines. Nous allons adopter une tactique offensive, contrairement à la politique de l?ancien responsable. Est-ce à dire qu?au départ, le parti n?avait pas démarré sur des bases comme on nous le faisait croire ou... Non, non... Nous étions mus de bonnes intentions nationalistes avec un programme ambitieux qui répondait aux réalités et aux préoccupations du peuple algérien. Tout le monde y avait adhéré en masse. D?ailleurs, nous avions même rencontré chez toutes les franges de la société une grande sympathie qui augurait un avenir enchanteur pour notre parti, mais, parce qu?il y a un mais, M. Boukrouh, pour des raisons que chacun pourrait deviner, a trahi nos idéaux. Comment ? Sans vouloir trop polémiquer, je dirai qu?il a vu plus ses intérêts que ceux du parti une fois désigné ministre. Vous dites que vous vous considérez toujours comme un parti d?opposition, mais, si vous permettez l?expression, vous faites allégeance à tout ce qui est décidé par le Pouvoir, comme la réconciliation nationale, le programme du président de la République... Nous estimons que le pardon est une des vertus du musulman, et partant de cette référence, nous adhérons à la concorde nationale, au programme ambitieux du Président, nous maintenons le respect de nos constantes nationales. Cependant, nous nous érigeons avec toutes nos forces contre les amendements ou le changement du code de la famille. En plus, nous avons installé des délégations de droits de l?homme dans plusieurs wilayas du pays surtout celles ayant été les plus touchées par le terrorisme et j?estime donc que ces idées prouvent que nous ne faisons pas allégeance à tout ce qui vient du Pouvoir. Nous sommes ce que nous appelons une opposition positive où l?on n?exclut personne. Et que pensez-vous du conflit actuel entre l?Algérie et le Maroc ? Nous avons tendance à oublier qu?en 1963, le régime chérifien nous a joué un tour de lâches, alors que nous venions à peine de nous relever d?une révolution de plus de sept ans. Nous faisons semblant d?oublier, aussi, qu?en 1992, le royaume a installé des camps d?entraînement dans le Sud marocain pour les terroristes algériens. Seulement, ayant foi en notre République, nous disons que nous avons un ministre des Affaires étrangères auquel échoient toutes les missions concernant l?extérieur et dans lesquelles personne n?a le droit de s?immiscer. Et pour conclure. Nous respectons tous les partis et toutes les organisations de masse, et à ce propos, je dois dire qu?on doit laisser au-dessus de la mêlée les moudjahidine, sans oublier nos martyrs. Notre parti ?uvre pour la réconciliation et le progrès. Nos intentions et notre programme se verront sur le terrain. Bonne fête de l?Aïd pour le peuple algérien et la nation musulmane...
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)