Sidi-Belabbès - Revue de Presse


Sidi Bel Abbès

Le maire sollicite l?aide des comités de quartiers Quand le maire de Sidi Bel Abbès, M. Mim, parle de « management » en matière de gestion des affaires de la cité, cela a de quoi « réjouir » la population locale qui n?arrive toujours pas à voir le bout du tunnel lorsqu?il est question de salubrité publique et de prise en charge efficiente de son cadre de vie, en particulier pour ceux qui résident dans les quartiers périphériques. Les rencontres qu?organise le premier magistrat de la ville, depuis le début du mois sacré, avec les représentants de la « société civile », s?inscrivent, selon lui, dans une démarche qui tend à identifier, par ordre de priorité, les problèmes et les insuffisances auxquels sont confrontés les citoyens de la ville et, par conséquent, y remédier. Le maire, depuis qu?il a été à la tête de l?APC, et ses proches collaborateurs, n?ont-t-ils toujours pas situé les points noirs de la ville ? D?après certains élus, ces rencontres sont plutôt le résultat direct d?une forte pression exercée par le wali sur l?exécutif communal afin de réhabiliter le cadre de vie des citoyens de la ville, qu?il a qualifié le jour de son installation de « déplorable ». D?ailleurs, lors de la réunion consacrée aux comités de cité, avant-hier, au siège de l?Hôtel de ville, les personnes présentes ont été surprises par le ton coléreux du maire qui, au lieu de mener les débats, a commencé par se lancer dans un long speech justificateur et moralisateur, digne des années de plomb. « Personne n?a le droit de demander des comptes aux élus », s?est-il emporté quand le représentant d?un des comités de cité, qui venait de l?interrompre, s?est dit outré par la qualité des travaux réalisés récemment pour l?embellissement de la ville. Très irrité par les sollicitations des uns et des autres et comme pour invoquer des circonstances atténuantes, il dira : « nous ne pouvons répondre à toutes les doléances et c?est pour cela que nous sollicitons l?aide de tout un chacun. On est dépassé et parfois je me vois dans l?obligation de prendre le courrier avec moi, à mon domicile, pour le signer. » Au sujet des agents communaux qui, intentionnellement et de nuit, incinèrent les ordures ménagères pour ne pas avoir à les ramasser, causant ainsi des désagréments aux riverains, le P/APC s?est engagé à prendre les mesures qui s?imposent. Quant à la réouverture prochaine de la station 17, devant accueillir les bus consacrés au transport urbain, des véhicules très polluants de marque TATA pour la plupart, le maire s?est dit impuissant face à cette situation. « S?il ne peut pas opposer le pouvoir que lui confère son mandat « électif » à celui des responsables du transport, alors qu?il relève en premier lieu du ressort des élus de la ville de Sidi Bel Abbès, pourquoi se fatigue-t-il autant ? », s?est-on étonné dans la salle de réunion où les commentaires n?ont pas tari au sujet de cet intérêt subi du maire à l?adresse des comités de cités et du mouvement associatif.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)