Sidi-Belabbès - Marabouts


Sidi Bel Abbès - Le marabout Sidi Bicinti, La baraka basque



« Sidi Bel Abbès ou l’échange du symbolique et du jeu de l’espace. Emblème du soufisme veillant sur une plaine balisée par les montagnes, elle est territoire de voyage, de vie et de mort. Ville garnison, à laquelle on essaya sans succès de donner le nom de Napoléon ville. La terre natale de Marcel Cerdan charrie la tectonique des jours et de l’espace vécu… » C’est en ces termes que H’mida Ayachi définit le plat pays des Beni Ameur, fief où aurait vécu au XVIIIe siècle, un célèbre marabout : Sidi Bel Abbès El Bouzidi. Décédé en 1771, on le considère toujours comme le véritable saint patron de la cité. Il est enterré dans un angle de l’ex-rue du Marabout, aux confins sud-ouest du quartier populeux de Bario Alto, sur la route de Boussen menant à Sidi Lahcen. Curieusement, la plupart des Belabésiens ignorent l’emplacement exact du mausolée, témoigne Ould N’bia, enseignant universitaire. « Ils le confondent avec l’oratoire construit à l’intérieur du cimetière », explique-t-il. De nombreux mausolées dont le rite est attaché aux croyances et traditions de la population locale, puisqu’on dit que leur baraka protège la ville, se dressent çà et là. Ould N’bia cite les deux Sidi Abdelkader, l’un sis à El Campo, à côté de Sidi Boudjamaâ El Salah. Le second à Gambetta. Mais également Sidi Yacine et Sidi Bouazza El Gharbi, au sud de la ville (la Bremer), Sidi Amar et Sidi Djillali. Les moins connus sont Sidi El Mokhtar au faubourg Thiers, Sidi El Bachot à Casa Del Sol, Sidi Bensekrane près du parc communal, Sidi Ali, dans l’actuel Haï El Badr (aujourd’hui détruit), Sidi Aïssa, une petite chapelle à la rue Mazagran et plus singulièrement Sidi Bicinti. Fait rare, il n’existe qu’un seul marabout gawry* (chrétien) dans le monde arabo-musulman, et c’est à Sidi Bel Abbès qu’il se trouve. Le mausolée de Sidi Bicinti, Vicente le Basque, se trouve à l’intérieur (à gauche) du cimetière chrétien. Il paraît, selon les dires d’une vieille dame de Filage Abou, que Sidi Bicinti parlait couramment l’arabe. Vicente le Basque, qui représente des signes littéraires romantiques, relève Ould N’bia, incarne à lui seul une « contre-idéologie du début d’un choc larvé entre l’Occident et l’Islam ». Il vécut, en authentique ascète, une vie désintéressée des choses matérielles. Pour d’aucuns, c’était un soufi qui a cristallisé la quête de Dieu par la méditation, « la compréhension des opprimés et des déshérités dans les quartiers arabes ». La ziara du mausolée du marabout gawry, apanage des femmes, s’effectuait tous les samedis. La mémoire collective, façonnée d’une génération à l’autre, retient de lui l’image d’un personnage qui s’est illustré par sa piété, sa charité et ses dons de guérisseur. D’après certaines croyances, Sidi Bicinti était réputé pour ses « miracles » de guérisseur de la stérilité. Avec l’arrivée des descendants des Berbères Maghraoua et Médiouna, issus des Zenata et des Sanhadja, les Noirs du Touat et du Gourara, les Berbères du Maroc, Kabyles, Mozabites, H’mianes, Tlémcéniens, Mascaréens, Nedromis M’cirdis… d’autres marabouts vont se fixer à Sidi Bel Abbès, chacun charriant sa culture, ses traditions et ses croyances. Une cohabitation qui conférera une diversité mystique et passionnelle à une ville qui n’en finit pas d’étonner certains historiens…
* Mot d’origine turque qui signifie chrétien




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)
Numéro commentaire : 24255
Posté par : Ali Vrin
Profession : Informaticien retraité
Ville : Clearwater, Floride
Pays : Etats-Unis
Date : 24/12/2011
Message : Merci pour les beaux détails si bien documentés au sujet des marabouts de SBA, ma ville d'adoption durant 10 merveilleuses années de ma jeunesse, de 5 à 15 ans. Français de naissance, j'ai maintenant la nationalité Algérienne, obtenue pour ma contribution de 1955 à 1962 à la lutte pour la Libération Nationale, dans la Wilaya 4 et aux côtés de Aissa Messaoudi (Allah irahmouh) sur Sawt El Djezair où j'étais technicien radio de l'ALN. Habitant rue Bara, au Faubourg Thiers je me suis intéressé comme gosse au Marabout de Sidi Mokhtar, et de fil en aiguille au Marabout de Sidi Bicenti, que je m'amusais à visiter sans rien y comprendre, Plus tard j'en compris le sens mystique, à l'intérieur de l'Islam, et en relation avec Saint Augustin - mais cela est une autre histoire. L'été dernier, j'ai contribué à un film sur ma vie et celle de plusieurs familles adoptives algériennes. Ce film de 50 minutes va passer sur France 3 en Mars 2012. Pour les séquences sur SBA, j'ai visité la mkabrat el gour, dans l'espoir d'y trouver le tombeau de Sidi Bicenti, j'ai dû retourner bredouille. Il m'était impossible d'y accéder, vu la végétation débris de toutes sortes. J'ai quelques photos (assez tristes) de cette visite, si ça vous amuse. J'aimerais bien correspondre avec l'auteur de cet article et Pr: Ould N'bia, pour gentiment discuter de ce sujet si passionnant. Avec tous mes remerciements. Maa salama.



Numéro commentaire : 234
Posté par : Hichem
Profession : Webmaster
Date : 23/07/2007
Message : Tous nos remerciements à OUSTADKARIM pour ces références, mais ou peut-on les trouver?



Numéro commentaire : 227
Posté par : OUSTADKARIM
Profession : prof univ
Date : 23/07/2007
Message : voici quelques réf :OULDENNEBIA (karim) : « Sidi-Biçinti un marabout basque en Algérie ». Conf à la salle (CDH) France. le 11 juillet 2005.Idem : SIDI-BEL-ABBES - Historiographie et Repères, (Sidi-bicinti un marabout basque , extrait d conférence) conférence à l’auditorium du rectorat UNIV SBA-FORUM – UNIV et SOCIETE, Lun 27/02/2006.



Numéro commentaire : 185
Posté par : BENAHMED LAID
Profession : Chercheur
Date : 17/07/2007
Message : Bonjour C'est avec plaisir que je me permets d'échanger avec vous. J'ai été surpris de voir le nom de mon arrière grand-père cité et qui s'appelle sidi bouazza el gharbi. Puis-je savoir avec exactitude où se trouve son tombeau à sidi bel abbès? Ce que je sais c'est qu'il est né au Maroc dans le gharb c'est pour ça qu'on l'a nommé El gharbi. C'est le père des zraoula , des boulghalegh et des ouled lahbil. Leur arrière grand-père est moulay idriss



Numéro commentaire : 40
Posté par : larbi
Profession : enseignant
Date : 12/02/2007
Message : salam je recherche les coordonnees d'un ami Ould nebia karim /ex enseignant du secondaire histoire geo