Alger


Si les chevaux de Diar El-Mahçoul m’étaient contés



Si les chevaux de Diar El-Mahçoul m’étaient contés


Il y a foule de visiteurs tout autour de la horde de chevaux qui s’abreuvent au jet d’eau qui jaillit en face du Palais des raïs sis à l’avenue Amara-Rachid à l’estuaire de Bab El-Oued. Alors, en famille, en couple ou entre copains, ça “clic” de partout, histoire d’immortaliser l’instant d’un souvenir pris le pied à l’étrier d’un cheval à l’exquise allure cabrée.

Et pour le narcissique, il y a aussi le fond d’image prise sur l’horizon bleu azur de la promenade de “qaâ essour” (au pied du rempart) et qui doit se dire : “J’y étais aussi.” En témoigne le diaporama de photos qui engrange l’indice du pouce levé en signe d’approbation sur les réseaux sociaux. Seulement, si cette portion du littoral d’Alger-Ouest est élue destination privilégiée du tourisme local et d’ailleurs, en revanche, l’endroit reste déficient, voire muet quant à l’historicité mémorielle de ce monument.

Jugez-en, il n’y a ni écriteau ni de guide et encore moins de dépliant pour narrer l’épisode des “chevaux de Diar El-Mahçoul” (les 1500 maisons de la promesse) d’El-Madania (ex-Clos-Salembier) d’où ces statues hybrides et à queue de sirène ont été déboulonnés de leur fontaine. Pour rappel, l’œuvre de Louis Arnaud ruisselait à la cité de Diar El-Mahçoul, œuvre en 1954 de l’architecte-urbaniste Fernand Pouillon (1912-1986).

Et depuis, ces chevaux ont élu depuis un demi-siècle et à leurs fers défendant, relais en face du rivage de “R’milet Lahmir” ou la sablette. Soit à l’endroit que les “Ya ouled” connaissent si bien puisqu’il était réservé à la toilette périodique des baudets en charge de la collecte d’ordures ménagères à La Casbah. Pour l’histoire, la fontaine de chevaux berçait de ses clapotis le belvédère ou la place de la mer sise au pied de la tour et qui symbolise “un Neptune sur un char tiré par des chevaux agiles et aériens”, dit-on.

Donc, autant y lever le voile de l’anonymat à l’aide d’un écriteau qui narrera l’aspect hellénique de ces chevaux qui s’abreuvent à l’endroit où avaient bivouaqué Hercule et ses compagnons à Icosim, dit-on. Donc, et en attendant de buriner l’épopée des chevaux de la cité évolutive de Diar El-Mahçoul au fronton d’Alger, il y a tout de même la plaque toponymique à la dénomination de “Jardin Sakiet-Sidi-Youssef” mais qui est peu bavarde sur l’acte innommable de l’armée française qui a fait 70 morts dont des écoliers lors du bombardement du 8 février 1958 du village tunisien.

D’où qu’il est requis d’instruire le visiteur sur des repères qui restent à écrire, notamment sur ce monument fétiche qui a résisté aux affronts du temps et à la haine de l’OAS lors de la bataille d’Alger. Seule consolation, il reste le livre Les chevaux de Diar El-Mahçoul de notre confrère Saïd Belanteur (éd. Sned 1975).



Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)