Algérie - Revue de Presse


Sécurité industrielle



Neuf activités à risque identifiées Plus de la moitié des unités industrielles en Algérie sont localisées dans la zone côtière. Les agglomérations des régions du Centre (Alger, Béjaïa), de l?Ouest (Arzew) et de l?Est (Annaba et Skikda) représentent 3876 installations, soit 74% du tissu industriel de cette zone dont la superficie représente à peine 1,7% de la superficie totale et où réside la grande majorité de la population. C?est ce qui ressort d?une étude élaborée par le ministère de l?Environnement et de l?Aménagement du territoire, remise hier aux participants d?un séminaire organisé par la Chambre française de commerce et d?industrie en Algérie (CFCIA) sur le thème de la sécurité industrielle. L?étude que devait présenter M. Akli, directeur des installations classées au ministère de l?Environnement, indique que les industries du pétrole, du gaz, des produits pharmaceutiques, des engrais, des pesticides, de plastiques et de mécanique sont relativement développées en Algérie et présentent toutes des risques de fuites accidentelles de produits dangereux. Tout en faisant référence à l?explosion produite au complexe pétrochimique GNL1K, dans la zone industrielle de Skikda, le 19 janvier 2004, la même étude note que les dangers émanant des installations industrielles à risque majeur et susceptibles de nuire à l?homme et à l?environnement peuvent se manifester sous diverses formes telles que les incendies et les explosions en milieu industriel et urbain, les émanations de gaz toxique ou les déversements de produits dangereux. Raison pour laquelle des recherches ont été menées sur le terrain pour permettre une identification et une classification de toutes les activités à risque. Les activités identifiées sont au nombre de neuf. Il s?agit des industries concernant la « liquéfaction du gaz naturel, les engrais et fertilisants, le stockage du pétrole, le raffinage de pétrole, le traitement de minerai, la production de gaz industriel, l?enfûtage de gaz, la production de chlore et la production d?électricité ». Sur le plan préventif, des textes législatifs et réglementaires ont été élaborés, notamment la loi 04 -20 du 25 décembre 2004, qui traite de la prévention des risques majeurs et de la gestion des catastrophes dans le cadre du développement durable. Outre l?obtention des autorisations nécessaires, il est ainsi prévu une série de mesures obligeant les établissements à risque d?élaborer des études d?impact et de danger.



Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)