Relizane - Endocrinologie


Santé : « 1 algérien sur 5 serait diabétique »

Venus de 17 wilayas du sud et de l’ouest du pays, les représentants des associations des diabétiques ont, lors de leur regroupement de ce week-end, à la salle des fêtes de Relizane, tenu à souligner la hausse inquiétante de la maladie et la faible prise en charge des malades.

Avec une courbe des atteints de cette maladie qui ne cesse de manifester sa croissance, accompagnée par la faiblesse des mesures de prise en charge, l’on risque d’arriver à des statistiques alarmantes, fera noter un participant. En effet, ce sont des chiffres inquiétants qui ont été avancés par les présents qui précisent que 10% de la population du pays est officiellement atteinte, alors qu’autant ne sont pas, pour diverses raisons, recensés. Parmi cette population de diabétiques, 35% ne sont ni affiliés à aucune structure d’assurance (CNAS ou CASNOS), ni intégrés dans d’autres dispositifs sociaux (emploi des jeunes ou filet social) leur permettant de se procurer les médicaments prescrits, notamment la Piostacyne, disponible mais chère, précise le président locale M. Boucetta qui ajoutera que cette faible couverture sociale des malades a fait que l’on enregistre régulièrement des cas de cécité et d’amputation. Il est utile des souligner que Relizane compte pas moins de 15 000 diabétiques dont 1 177 sont des jeunes ne dépassant pas les 20 ans d’âge. Parmi eux, l’on trouve 350 enfants scolarisés nécessitant un suivi médical permanent, surtout dans les zones reculées. Ainsi, l’occasion a été saisie pour lancer un appel pressant au ministère de la Solidarité et de la Protection Sociale pour trouver un mécanisme à même d’aider cette population qui souffre de cette maladie.





Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)