Saida - Divers Métiers d'Artisanat


Saïda fête l’alfa



L’alfa sera célébré pour la troisième année consécutive à Saïda, à l’initiative de la Chambre de l’artisanat et des métiers et la direction locale de la Petite et Moyenne Entreprise et de l’Artisanat. Elle sera organisée cette année, du 16 au 20 septembre, sous le thème: «L’alfa, riche de ses perspectives de développement». La manifestation, qui se veut un espace de promotion des produits artisanaux, notamment l’alfa, verra la participation des autorités et des représentants des collectivités locales concernées au premier chef par le développement de la région, dont l’alfa constitue un des produits stratégiques. Les universitaires et chercheurs seront, aussi, de la partie pour animer une journée d’étude autour du thème: «Le rôle de l’alfa dans l’économie et l’équilibre écologique». Au-delà de ses utilisations diverses dans l’artisanat et l’industrie, l’alfa constitue un rempart infranchissable contre l’avancée des sables et la désertification et est un véritable stabilisateur de l’écosystème de la steppe. Tout au long de la manifestation, les artisans, les industriels, les investisseurs et les organismes financiers étudieront les opportunités de développement du secteur, confiné jusque-là dans les quelques activités artisanales qui ont, d’ailleurs, tendance à être délaissées au profit d’autres occupations plus lucratives.
L’alfa couvrait 4 millions d’hectares Il est à rappeler que l’alfa couvrait quelque 4 millions d’hectares au début du siècle dernier et constituait l’essentiel de l’activité des populations locales. Cette manne ne pouvait échapper à l’intérêt des industriels coloniaux de l’époque. Découvrant que la fibre, très fine, présente toutes les qualités pour la fabrication de la meilleure pâte à papier, l’exploitation de l’alfa est lancée en 1863 par un industriel anglais et des colons français. Les exportations passent de 42 000 tonnes en 1870 à 80 000 à la fin du XIXème siècle, puis à 110 000 dans les années qui précédèrent la Première Guerre mondiale, pour atteindre, en 1927, les 200 000 tonnes et les dépasser les années suivantes. Cette activité lancera une véritable dynamique économique dans la région par la création d’emplois et, surtout, l’ouverture d’une ligne de chemin de fer Arzew-Aïn Sefra, réalisée pour répondre aux besoins de transport de la ressource des chantiers d’arrachage au port d’embarquement.
Le déclin est constaté dès les années 1980, suite à la désaffection des opérateurs chargés de la récolte et la raréfaction de la main-d’œuvre due à la pénibilité de la besogne. D’une moyenne de 30.000 tonnes/an au début des années 1990, elle chutera à 10.000 tonnes en 1994. Le défi que se lancent les promoteurs de la manifestation est, justement, amener les investisseurs à s’intéresser à cette activité industrielle. La présence des institutions financières à cette manifestation, augure de la bonne volonté de réhabilitation d’une activité économique qui peut être d’un apport bénéfique pour la région. Les activités culturelles ne seront pas en reste puisque des visites touristiques auront pour destination Hammam Rabi et le vieux Saïda. Le rassemblement sera agrémenté par la production de troupes folkloriques et les troupes de la fantasia. Enfin, une exposition des produits de l’artisanat et spécialement l’alfa se tiendra tout au long de la manifestation.






Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)