Algérie - Revue de Presse


Restructuration des centres de vote à Djelfa

Si l?on se réfère au décret présidentiel qui régit l?opération de révision des listes électorales, celle-ci prendra fin aujourd?hui à minuit. Il s?agit pour les communes, sous la supervision de la tutelle administrative, de mettre à jour les listes mères en tenant compte éventuellement des modifications intervenues en ce qui a trait au corps électoral entre deux scrutins, tant du point de vue de l?état civil que de celui du changement de résidence. Cette démarche permettra d?abord d?établir les cartes de votants pour les nouveaux inscrits et d?élaborer les listes d?émargement. Le délai butoir du 28 février sera prorogé exceptionnellement de 10 jours afin de permettre aux citoyens, n?ayant pas participé au suffrage de la dernière présidentielle, de répondre par le biais d?un formulaire dont le specimen est visé par M. Zerbouni, qui pose la question de savoir si ce renoncement était dû à un changement de domicile. Si au niveau intercommunal, cette opération semble ne pas poser de problèmes majeurs dans la wilaya de Djelfa qui brillait autrefois par un taux effarant de double inscription des ruraux du sud de la région surtout, il n?en est pas de même s?agissant de l?actualisation des listes interwilayas en l?absence toujours d?un fichier national. A noter que le corps électoral pour toute la wilaya frise le chiffre de 400 000. Dans le sillage, une autre opération non moins importante est en cours, celle relative à la restructuration des bureaux de vote itinérants. Depuis que le ministre de l?Intérieur a instruit dans le sens de fixer ces bureaux autant que possible, l?administration locale a pris à bras-le-corps cette opération en fixant jusque-là 9 bureaux itinérants sur 19. Ceci a été rendu possible grâce à la politique de fixation des populations rurales par la construction de groupements d?habitations et le lancement d?activités agropastorales. Toutefois, il y a lieu de signaler que ces bureaux itinérants, qui représentaient moins de 1% du corps électoral, étaient la cause principale des recours et à hauteur de 70%.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)