Algérie - Revue de Presse


Remboursement du médicament

Des vignettes en couleur Depuis l?année 2001, plusieurs médicaments ont fait l?objet de déremboursement. Une politique adoptée par le gouvernement dans le but de « préserver l?équilibre financier de la Sécurité sociale ». Deux listes de produits ont été publiées. Cela a suscité la grogne de plus d?une dizaine de producteurs nationaux et du Syndicat algérien de l?industrie pharmaceutique (SAIP). La situation ne s?est pas pour autant améliorée pour la Sécurité sociale puisque les mesures accompagnant cette décision n?ont jamais été mises en application - dont le tarif de référence - rejeté par l?ensemble des opérateurs (pharmaciens, importateurs...), qui ont exigé son instauration sur le prix à l?importation et non sur le prix public (PPA). La situation s?est plutôt aggravée avec le trafic des vignettes, vente sans facturation, ventes promotionnelles... C?est que le marché du médicament a connu depuis des années des dysfonctionnements et le problème du remboursement de ces produits s?est toujours posé avec acuité. Le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Tayeb Louh, a annoncé hier, lors d?une visite de travail et d?inspection dans la capitale, l?installation d?une commission chargée d?étudier la possibilité de commercialiser les produits pharmaceutiques remboursables et non remboursables avec des vignettes de couleurs différentes. « Un mécanisme que la commission étudiera avec les opérateurs économiques dans le secteur du médicament », a déclaré Louh en ajoutant que cette opération vise à « permettre à l?assuré de connaître les médicaments remboursables et non remboursables à l?avance » afin que le problème ne se pose pas au niveau des centres de paiement. A propos du trafic des vignettes, le ministre a affirmé qu?il a instruit les responsables des caisses d?assurance pour renforcer le contrôle médical, envoyer systématiquement des commissions d?enquête et saisir la justice concernant ces affaires. Il est à noter que la proposition du ministre du Travail et de la Sécurité sociale concernant les vignettes de couleurs ne date pas d?aujourd?hui puisque dans un arrêté interministériel (ministères des Finances, de la Santé et de la Sécurité sociale), datant de février 1996, il est prévu dans l?article 5 que la vignette doit être de couleur blanche et comporter des bandes colorées en relation avec le remboursement des produits pharmaceutiques. L?arrêté comporte des dispositions qui concernent également les produits à usage hospitalier et les produits échantillons. Le texte en question n?a jamais été mis en application. Un projet d?instauration de vignettes sécurisées pour mettre un terme au trafic de vignettes a été également lancé, mais il n? a jamais vu le jour. Il était question de procéder à leur importation, chose que les opérateurs économiques avaient refusé. D?aucuns estiment que le recours aux vignettes en couleur n?est pas vraiment nécessaire. « Cela n?a aucun sens. Le malade ne bénéficie de rien puisque c?est le médecin qui prescrit les médicaments et il a connaissance des produits remboursables et non remboursables. Ces derniers sont généralement non essentiels. Donc, il est rare qu?ils soient prescrits. Il est étonnant que le malade s?aventure à acheter un produit non remboursable »,nous dira un opérateur économique. Pour le président du Syndicat national de pharmaciens d?officine (SNAPO), M. Belambri, ce genre de mesures s?imposent aujourd?hui. « Nous sommes favorables à l?instauration de mesures rigoureuses pour lutter contre les dérapages constatés jusque-là dans le marché des produits pharmaceutiques. Ce qui a porté atteinte à l?image du pharmacien même s?il n?est pas impliqué », dira-t-il. Et d?ajouter : « De toutes les façons, les choses ont toujours été faites sans nous. Il est rare que notre syndicat soit associé à ce genre de rencontres. »
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)