Relizane - Aliments Céréaliers


Relizane, La production céréalière en hausse



Selon des sources proches de la Direction des Services agricoles de la wilaya de Relizane, la production céréalière de la derniere campagne, a connu une augmentation, par rapport à celle de l’année dernière.
On signale, en effet, que la région a produit 601.440 quintaux de blé dur, 365.639 quintaux de blé tendre, 228.870 quintaux d’orge et 365.638 quintaux d’avoine. Cette hausse dans la récolte céréalière a été favorisée, indique-t-on, par les bonnes conditions climatiques. La même source précise que la pluviométrie a été clémente dans les régions de Mazouna, Sidi M’Hamed Benali et Mendès, des territoires à vocation céréalière où il a été enregistré plus de 300 mm de pluies au cours de l’hiver dernier.
Grâce donc aux conditions météorologiques, particulièrement favorables dans la région, la wilaya de Relizane a pu réaliser une production qui a largement dépassé les deux millions de quintaux de produits céréaliers, toutes variétés confondues, à l’issue de la dernière campagne moissons battages. Les fellahs ont versé une quantité de plus de 190.000 quintaux dans les silos des deux coopératives agricoles (CCLS) de la wilaya. Le reste a été acheminé vers les unités de transformation, dit-on, minoteries et semouleries de la région.
Le rendement moyen, calculé sur la base d’une superficie emblavée de quelque 110.000 hectares, a donné plus de 11 quintaux par hectare, cette année. C’est un taux de rendement supérieur à celui enregistré lors de la récolte de l’année 2004-2005, mais il reste nettement en deçà du rendement auquel étaient habitués les agriculteurs de la région de Relizane et de Tiaret qui constituaient le grenier à blé de l’Ouest algérien. D’anciens agriculteurs ont affirmé que les terres agricoles de cette région donnaient un rendement qui atteignait parfois jusqu’à 50 quintaux à l’hectare. Cette diminution du rendement à l’hectare, constatée par rapport aux années passées, est attribuée à plusieurs facteurs, par certains fellahs. Elle serait due, selon eux, à la mauvaise qualité des semences, dans certains cas, à la «fatigue» des sols, causée par la surexploitation, le désintéressement de certains fellahs de la culture céréalière, au profit d’autres cultures plus «rentables», aux conditions climatiques, bien sûr, mais aussi à la non maîtrise des techniques de production par certains fellahs.






Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)