Oran - Revue de Presse

Rahal Zoubir à l’émission «Fen Bladi»


Assurer la relève des grands maîtres L’équipe technique de l’émission hebdomadaire «Fen Bladi» de la chaîne A3, qu’anime Yacine Bouzama sur le patrimoine musical algérien, s’est déplacée, jeudi dernier, à Oran pour consacrer sa première livraison de l’année à la musique oranaise. Retransmise à partir d’une salle des fêtes, l’émission sera dédiée, pour la circonstance, à un grand nom de la musique oranaise, le chanteur et compositeur Rahal Zoubir qui, après avoir connu son heure de gloire dans les années soixante-dix suivie d’une très longue période d’éclipse, tente de forcer le destin et marquer avec force son retour sur la scène artistique. C’est un artiste, les cheveux grisonnants, forgé par l’expérience de la vie, plein d’humilité et de reconnaissance envers ses aînés, les grands maîtres de la musique oranaise, qu’il a pu côtoyer et auprès desquels il a beaucoup appris et que les téléspectateurs ont pu découvrir. Quelques images d’archives feront redécouvrir aux anciens mélomanes un jeune Rahal Zoubir chantant ses premiers succès «Saâdi, Saâdiya» ou «Dima Enti» au cours de l’ancienne émission «Rasd Ou Maya». L’artiste invité sera convié par l’animateur à parler de ses débuts dans la musique, qu’il émaillera d’anecdotes, de sa période de succès ainsi que de sa longue éclipse de la scène artistique. Il rappellera qu’au cours de son exil en France puis en Allemagne, il a continué à exercer ses talents, notamment en animant régulièrement des soirées musicales et en créant une école de musique pour les mélomanes de la diaspora maghrébine et africaine résidant en Allemagne. Pour égayer l’atmosphère et donner la mesure de son talent, Rahal Zoubir entamera avec l’orchestre une de ses dernières compositions, un sama’i, une pièce instrumentale intitulée «Wah wahran». Muni de son luth, il formera un duo avec son complice et ami, le chanteur Abdelkader Cherigui qui l’accompagnera à la guitare et au chant pour ponctuer les intermèdes de l’émission par un medley à partir de mélodies de son répertoire ou de chansons célèbres de maîtres de la chanson oranaise auxquelles il donnera un cachet personnel. Par ailleurs, l’émission présentera, dans la partie «Diwan», le poète et parolier Tammouh Abdellah qui a écrit plus de 150 chansons à des interprètes algériens et étrangers, dont Rahal Zoubir. Dans le volet «Tarikh Chiyakhna», un hommage sera rendu à une autre grande figure de la chanson oranaise, le défunt Bennacer Baghdadi, plus connu sous le nom de Ahmed Saber, en rappelant son parcours mouvementé et son engagement. Au cours de la troisième partie intitulée «Qçid oua maqçoud», un poème plein de nostalgie, écrit en exil par Rahal Zoubir sera lu et l’émission sera clôturée par la présentation de la chanson qu’il a composée à partir de ce poème. G. Morad


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
Veuillez saisir le code ci dessous
*



Recharger l'image

(Les champs * sont obligatores)
Numéro commentaire : 4787
Posté par : bourezg rabah
Profession : chef sce
Ville : ksar chellala w tiaret
Date : 22/01/2010
Message : j ai beaucoup aime la voix sublime de rahal zoubir son look son beau sourir sa facon d etre je lui souhaite longue vie et plus de reussite t es encore jeune ya khouya zoubir



X

Notre page facebook