Algérie - Revue de Presse


Questions orales à l?APN

Des ministres interpellés Les travaux à l?APN ont repris hier en séance plénière. Celle-ci a été consacrée aux questions orales des députés destinées aux secteurs du commerce, des moudjahidine, de l?éducation et des travaux publics. Le député Noureddine Rahoui d?El Islah a adressé ses questions portant sur la surcharge des classes ainsi que l?état d?avancement de la réforme du système éducatif au ministre de l?Education nationale, Boubekeur Benbouzid. Celui-ci s?est défendu en indiquant que l?Etat a multiplié les efforts pour mettre à la disposition du département de l?éducation tous les moyens nécessaires. Cette année, contrairement aux années précédentes, le ministère a réceptionné 57 établissements secondaires, 127 écoles destinées aux élèves du moyen et les écoliers du primaire ont bénéficié de 3100 classes. Pour illustrer ses déclarations et conforter ses propos, le ministre a relevé que son secteur, pour la première fois, a bénéficié d?une enveloppe financière de 40 milliards de dinars, alors qu?auparavant l?Etat dégageait uniquement la somme de 14 milliards de dinars. Pour ce qui est de la surcharge des classes, le ministre a annoncé que pour l?année en cours, des dispositions ont été prises pour soulager ces classes. De l?avis du ministre, le nombre actuel des élèves dans les classes ne dépasse plus les 34 ou 35 élèves. « Rares sont les classes qui renferment 45 élèves. Nous avons, entre autres, concentré nos efforts dans ce sens et nous avons réduit le nombre, et ce, pour que l?élève assimile mieux les cours et pour également son confort. Notre objectif est d?atteindre le chiffre de 30 ou moins d?élèves dans les classes », a soutenu l?orateur. Concernant le manuel scolaire, l?intervenant a souligné que les cycles touchés par la réforme sont complètement couverts en matière de livres scolaires. Abordant la question relative aux postes budgétaires, le ministre de l?Education a tenu à préciser que depuis l?année 2000 jusqu?à ce jour, son secteur a bénéficié de 26 200 nouveaux postes, alors que ces postes ont été gelés depuis 1995. Un ancien député d?El Islah (dissident) craint le retour des pieds-noirs et des harkis en Algérie et a demandé des explications au ministre des Moudjahidine quant à la position de l?Etat par rapport au risque de voir les harkis venir investir dans le pays. Le ministre des Moudjahidine étant absent, c?est le ministre chargé des relations avec le Parlement qui le remplace. Celui-ci a rassuré le député en lui signifiant que le dossier des pieds-noirs a dépassé les limites et il ne mérite pas que l?on spécule sur ce sujet qui ne revêt pas une importance particulière. « La loi donne le droit au pied-noir de rentrer en Algérie en tant que touriste ou opérateur économique. Nous n?oublierons jamais les exactions commises par les Français en Algérie comme nous n?oublierons pas les sacrifices des Algériens. Nous gardons cela dans le livre noir », dira-t-il. Un autre député, en s?adressant au ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, s?est interrogé sur le devenir du port de Djen Djen. L?orateur a indiqué que le port est stratégique et dynamique, mais que le problème qui se pose est très complexe. Le projet de Djen Djen n?a pas été achevé, car il est lié à la zone libre de Bellara. « Les travaux de la zone n?ont pas commencé. Cet état de fait a pénalisé le port de Djen Djen », a souligné le ministre, qui estime que la seule solution aujourd?hui est la redynamisation de ce projet.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)