Algérie - Revue de Presse


Québec

CÉLÉBRATION DU 1er novembre La communauté algérienne à l?honneur Pour les Algériens qui résident à l?étranger, des dates comme celle du 1er Novembre ou celle du 5 Juillet sont un bon prétexte pour organiser des rencontres thématiques sur l?Algérie, auxquelles ils peuvent convier amis et parents. Il faut également ajouter qu?ici, il y a une foule de talents algériens et québécois qui ne demandent qu?à être sollicités pour partager avec un large public leur savoir. Cette année, même si les activités restent encore modestes compte tenu du budget qui leur est alloué, on a mis les bouchées doubles pour marquer l?événement, puisqu?il coïncide avec le cinquantième anniversaire du déclenchement de la Révolution de 1954. Si bien qu?on compte accueillir des célébrités littéraires et poétiques telles que Djamel Amrani, Rachid Boudjedra et Mohamed Benguettaf qui sont les hôtes du festival du monde arabe qui se tient à Montréal en ce moment. Profitant de leur présence au Québec, le consulat général d?Algérie à Montréal les a conviés aux célébrations. Ainsi, Boudjedra donnera une conférence sur la littérature algérienne et la Révolution, alors que Benguettaf, à travers son croustillant personnage Fatma, jettera un regard sans complaisance sur la société algérienne. Djamel Amrani, quant à lui, présentera un récital de poésie qui portera sur la lutte de Libération nationale. D?autres conférenciers tels Mohamed Bekhechi, Taïeb Hafsi et Mortada Zabouri seront également au rendez-vous pour analyser l?évolution des aspects juridiques, économiques et politiques de l?Etat et de la société en Algérie. Nos artistes plasticiens qui organiseront une exposition collective avec des artistes canadiens, le 5 novembre, sont également mis à contribution, une première à Montréal. Initiatives D?autres initiatives sont prises par la société civile, le centre culturel algérien de Montréal ; un regroupement associatif d?Algériens indépendants (politiquement), qui ?uvre essentiellement dans le domaine de l?intégration, a déjà entamé sa programmation avec la projection d?un film documentaire sur la Révolution algérienne. Une conférence-débat portant le titre « Le 1er Novembre a 50 ans : rétrospective et perspective » a attiré quelques curieux. Un autre regroupement privé d?hommes d?affaires algériens connu sous le nom de Club avenir, fondé en novembre 2002, a institué le prix d?Excellence. Ce dernier, qui vise à valoriser l?effort exceptionnel, récompensera une ?uvre, un exploit ou un travail d?avant-garde réalisé par une personne ou un groupe de personnes de la communauté algérienne au Canada. Le bénéficiaire du prix se verra attribuer une plaque gravée de reconnaissance du Club avenir et un chèque de 500 $. Le 30 octobre dernier, à l?initiative du journal communautaire Alfa dirigé par Mustapha Chelfi, une soirée dansante était prévue avec le chanteur algérien Nacer Eddine Chaouli, alors qu?une autre soirée artistique était prévue le lendemain, soit le 31 octobre, animée par trois artistes algériens : Radia Manal, Abderrahmane Kobbi et Abdelkader Chaou, et une contribution de 15 dollars est exigée par personne, cette fois-ci à l?initiative de quelques personnes auxquelles se sont joints le service culturel du consulat général d?Algérie à Montréal, la Chambre de commerce et d?industrie canado-algérienne et le regroupement des Algériens du Canada, un organisme à but non lucratif présidé par un militant du MSP. Selon plusieurs indiscrétions, cette initiative soulève quelques mécontentements et des interrogations. D?abord, d?aucuns se demandent qu?elle est la véritable mission du consulat général d?Algérie à Montréal ? Est-ce de profiter d?événements organisés par des tiers pour s?y associer ou de propulser une dynamique autour de laquelle on peut réunir une bonne partie de la communauté ? Le prix d?entrée de 15 $ est-il à la portée des bourses modestes et surtout des familles qui, probablement, auraient aimé festoyer comme l?année dernière sans avoir à calculer ? Joint par téléphone, le consul général à Montréal, Abdelaziz Sbaâ, qui affiche visiblement de l?ouverture à l?égard de la diaspora, réfute toutes ces interrogations. « Tout membre de la communauté qui souhaite organiser un événement, on va l?aider à le faire, mais ce n?est pas à nous d?organiser des spectacles. J?ai une conception moins folklorique et plus structurelle de la culture. Il y a une place à occuper pour donner de la visibilité à notre pays, on va le faire et on travaille dans ce sens », a-t-il affirmé. Ce dernier nous a d?ailleurs fait part de ses intentions de mieux faire connaître la culture de notre pays en s?associant à différentes manifestations québécoises dans l?avenir. Espérons que ces bonnes intentions se réalisent !
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)