Algérie - Cinéma


PROJECTION DE «LA VOISINE» A LA CINEMATHEQUE, L’hommage à la femme de Ghaouti Bendeddouche



Le cinéaste Ghaouti Bendeddouche, qui a animé jeudi après-midi un point de presse à la Cinémathèque d’Oran, a annoncé qu’un «projet de réalisation d’une série policière qui racontera dans un style léger et satirique les tribulations d’un commissaire, El-Kindy, contraint de voyager à travers tout le pays pour les besoins de ses enquêtes, est en cours. Nous attendons l’accord de la Direction générale de l’ENTV pour la production de ce téléfilm policier». «Tous les pays, a-t-il ajouté, ont leur série policière, à l’image de la France avec l’inspecteur Maigret, le commissaire Navarro, sans parler de l’Angleterre, des Etats-Unis et d’autres pays. Nous avons alors pensé à créer un personnage pour une série à énigmes spécifique à notre pays».

 Ghaouti Bendeddouche, l’un des pionniers du cinéma algérien, a entamé, dès les années soixante, après sa sortie de l’Institut des hautes études cinématographiques de Paris (IDHEC), une riche carrière cinématographique. On lui doit, outre des coproductions, des films comme «E-Chebka» et «Moisson d’acier». Le regretté Rouiched et d’autres acteurs de renom ont figuré dans ses réalisations.

 G. Bendeddouche était donc l’hôte, avec le producteur Houidek, de la Cinémathèque d’Oran, jeudi, pour présenter la première oranaise de son dernier film «La voisine». Un hommage rendu à la femme algérienne dans un style satirico-social avec la comédienne Biyouna.

 Cinq femmes vivant dans une grande maison de location, un univers «carcéral» typiquement féminin, où la femme est emprisonnée entre quatre murs, une femme humiliée dans un monde stressant, paralysant, qui ne lui laisse aucune chance. Un univers obscurantiste et ignorant qui vous donne encore le choix entre la résignation et la folie. Une femme arrive, «la voisine», et change les habitudes de ces femmes par sa manière d’être. Le film dépeint des problèmes sociaux inextricables et compliqués.

 Quant aux hommes, qui n’apparaissent que furtivement, ils ne seront plus les mêmes après le passage de cette «voisine».




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)