Algérie - Phoeniciculture


Production de dattes, Nouvelles formes d’aide pour l’exportation



Pour résoudre les graves difficultés liées à la surproduction de la datte et sa mévente et pour faciliter son exportation, en dehors de la traditionnelle braderie de Marseille, vers d’autres marchés porteurs, comme l’Espagne, le Portugal, l’Italie, les pays du Golfe, le Pakistan, l’Indonésie, la Malaisie, Singapour et pour quoi pas la Chine, le ministère de l’Agriculture, conscient que cela requiert la contribution des pouvoirs publics, vient de dépêcher à Biskra une importante délégation de hauts commis de l’Etat comprenant notamment le président de la chambre nationale d’agriculture et celui de la CNMA.

C’est dans la salle de conférences de la wilaya que la réunion présidée par M. Saâd Agoudjil s’est tenue, hier matin. En effet les producteurs, notamment les exportateurs des Ziban, qui se sont organisés dans une association professionnelle créée récemment, ainsi que les représentants des wilayas d’El Oued, Ouargla et même Ghardaïa, conviés à cette rencontre, ont abordé un grand nombre de difficultés qu’ils rencontrent à diverses étapes du « parcours du combattant », disent-ils, qu’est devenue l’opération exportation de la datte. « Le défi que notre wilaya a relevé est celui de la production », dira en substance le wali lors de l’ouverture de cette réunion. « Nos fellahs, tout le monde l’a constaté, produisent plus et mieux, à vous de ne pas les décevoir en exportant davantage », ajoutera-t-il à l’adresse des exportateurs dont les principaux soucis se résument aux problèmes suivants : celui du financement de l’exportation (crédits de campagne entre autres) et celui des difficultés que rencontre l’acheminement de la datte vers les marchés extérieurs. Ces deux obstacles à une meilleure exportation reviennent comme un leitmotiv dans les interventions des exportateurs. M. Ould Hocine, le président de la chambre agricole, dira aux exportateurs que le ministre de l’Agriculture ne se contente pas d’écouter leurs doléances, « mais il veut vous associer à la recherche des meilleures solutions pour les problèmes que vous et vos représentants lui aviez concrètement posés lorsqu’il nous a reçus à plusieurs reprises ». « Nous sommes venus dans ce but », ajoutera-t-il. En ce qui concerne la première préoccupation des exportateurs, la réponse est venue du PDG de la Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA ). Il a annoncé aux participants à cette rencontre le nouveau dispositif financier qui va être mis en place. Son institution a décidé la décentralisation des crédits au niveau local. Dorénavant, le crédit de campagne comme celui de l’appui à l’exportation (à un taux préférentiel de 5%) seront accordés dans les 24 heures par l’agence locale de la CNMA après la constitution du dossier et son étude par un guichet unique. Ils seront remboursés en tant que crédit à court terme au bout de 6 mois. La garantie s’élévera à 1,5% du montant du crédit demandé. Quant aux problèmes relatifs au transport des dattes, le représentant du ministère a indiqué qu’un numéro vert (021 73 26 16) est à la disposition des exportateurs désireux de connaître le calendrier précis des rotations de cargos à partir des ports algériens.






Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)